Suivez-nous

Tech

La colère gronde chez Google après la suspension de deux salariés

Une manifestation s’est tenue devant les bureaux de l’entreprise à San Francisco. Le géant de la Tech est accusé de vouloir faire taire les contestations en interne.

Il y a

  

le

 
Silicon Valley Google
© PxHere

Il y a seulement deux jours, nous évoquions l’étrange relation qui s’est nouée entre Google et la société IRI Consultants. Cette dernière «  aide les entreprises à relever les défis en milieu de travail [et] à améliorer l’engagement et la productivité des employés ». En d’autres termes, elle tente d’empêcher que les salariés ne créent un syndicat officiel. Le recours à ce type de société illustre les tensions présentes en interne.

Le conflit semble d’ailleurs encore monter d’un cran. Vendredi, un manifestation s’est en effet tenue devant les bureaux de Google à San Francisco. Plusieurs centaines de personnes étaient réunies pour protester contre la suspension de deux salariés de la compagnie. Ils sont accusés d’avoir violé les règles de l’entreprise. Or selon les manifestants, il s’agirait d’une décision injuste de la part de la direction.

Les salariés de la Big Tech de plus en plus mobilisés

Les deux travailleurs ont pris la parole au cours de ce rassemblement. Laurence Berland est un militant du mouvement LGBT. Il s’est opposé à la participation de Google à la marche des fiertés de San Francisco. Il reproche notamment à YouTube de ne pas avoir assez réagi lorsque des utilisateurs ciblaient des personnes LGBT. L’autre salariée, Rebecca Rivers, a créé une pétition dénonçant les relations de la compagnie avec les services d’immigration américains. On l’accuse d’avoir accédé à des fichiers internes et de les avoir utilisé pour sa campagne.

Côté Google, on se défend de cibler ces salariés en raison de leur militantisme : « Nous avons des directives claires sur la conduite à adopter au travail et plusieurs préoccupations nous ont été exprimées. Nous enquêtons toujours à fond sur ces questions », précise un porte-parole.

Ce conflit illustre en tout cas une tendance grandissante dans l’univers de la Big Tech. Les salariés s’engagent de plus plus dans les mobilisations sociales et n’hésitent parfois pas à prendre partie contre leur propre entreprise. En septembre dernier par exemple, des salariés d’Amazon ont pris part aux marches pour le climat, en pointant l’engagement insuffisant de la firme de Jeff Bezos sur le sujet.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests