Suivez-nous

Auto-Moto

Les conducteurs adeptes du smartphone sont-ils plus dangereux que ceux qui sont ivres ?

Une étude vient de se pencher sur la délicate question de la sécurité routière, en comparant la dangerosité des conducteurs selon leurs « méfaits ». Alors alcool ou smartphone ?

Il y a

le

voiture autonome
© DR

Les dangers de l’alcool au volant

On pense souvent que l’alcool est le premier danger au volant. Cette image préconçue reflète une évidence, celle du danger que représente la conduite en ayant consommé des substances, peu importe leur nature, drogue ou alcool. Cependant, cette prédominance de l’alcool comme danger majeur est aussi répétée en boucle depuis très longtemps. Les voitures connectées tentent même de faire face au problème.

Mais est-ce encore adapté aux nouveaux usages, notamment numériques. Si ceux utilisant leur téléphone au volant pour passer un appel ou envoyer un message sont une réalité connue, avec les réseaux sociaux, la situation est amenée à s’amplifier. L’entreprise de sécurité routière Zendrive s’est penchée sur le sujet en analysant des données sur 4,5 milliards de miles (environ 7,2 milliards de kilomètres) de conduite. Sur ces routes, 6.227 personnes sont mortes alors que les conducteurs étaient à ce moment-là avec leur smartphone.

Un petit Facetime au volant ?

Concrètement, l’étude permet de voir une différence notable entre ces deux comportements à risque. Les conducteurs alcoolisés le sont surtout de nuit. Ceux qui utilisent leur smartphone posent problème, toute la journée. Sur le papier, ils peuvent donc représenter une menace supérieure, puisque c’est un laps de temps supérieur et surtout durant lequel il y a plus de monde sur la route et les trottoirs.

L’étude précise aussi que les conducteurs sont 10% plus distraits cette année que l’an dernier, et que les smartphones occupent 28% de l’attention des conducteurs. Ils pensent conduire de façon sûre pour 93% d’entre eux. Certains n’hésitent pas à préciser qu’ils n’envoient pas de texto, mais qu’une discussion sur Facetime permet de faire passer un trajet plus rapidement.

A ce moment-là, on pourra se poser la question de l’alcool et des drogues, sous l’angle de l’addiction et non plus du danger. De quoi donner raison à la Corée du Sud qui voulait ajouter les jeux vidéo à la liste des pratiques addictives ?

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Dwalin_7

    15 avril 2019 at 14 h 33 min

    Quand je vois la façon dont simplement vouloir ajuster le volume sonore sur un GPS nuit à l’attention portée à la conduite, je ne comprends pas comment 93% des gens qui utilisent leur smartphone au volant peuvent penser qu’ils ne se mettent pas en danger ce faisant.

    Concernant les dispositifs mains-libres, souvent on entend la conversation depuis l’extérieur de la voiture (arrêtée à un feu par exemple), alors vive la confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests