Connect with us

Internet

Loi sur les trottinettes électriques : oui mais…

Avec la prolifération des engins électriques comme les trottinettes, l’évolution de la législation paraissait logique. Mais il y a encore du chemin à faire…

Il y a

le

Loi sur les trottinettes électriques : oui mais...

Les trottinettes, c’est sur la route !

C’est une évolution législative qui a tout d’une évidence. A vrai dire pour ceux qui vivent à Paris, cela pouvait même avoir des airs d’urgence. Bien sûr, on apprécie le déploiement général de moyens de transports urbains modernes et électriques. Un peu plus agréable que le bus, moins bondé que le métro, plus écologique que la voiture et moins fatiguant que la marche.

Mais pour autant, cela peut vite devenir dangereux pour les piétons. Avoir des engins à haute vitesse autour de soi, transforme vite les trottoirs en un espace sur lequel on peut se sentir indésirable. Résultat, Elisabeth Borne, la ministre des Transports a annoncé qu’il était temps d’agir.

Nous ne pouvons pas laisser des engins circulant à 20 ou 30 km/h mettre en risque la sécurité des piétons sur les trottoirs (…) Nous allons donc créer une nouvelle catégorie de véhicules dans le Code de la route. Ces engins pourront circuler sur les pistes ou sur les bandes cyclables ou dans les zones à 30 km/h, mais leur place n’est pas dans les zones où la circulation des piétons doit être assurée.

Encore de grosses interrogations

Sur le papier, l’idée est belle. Mais dans les faits, on peine encore à voir comment les choses vont concrètement se mettre en place. Faudra-t-il une immatriculation ? Une assurance ? Faudra-t-il passer un permis spécifique pour avoir le droit de les conduire ? Quid des rues et des secteurs (encore nombreux) qui ne proposent pas de piste cyclable et qui ne sont pas en zone 30 ? Surtout, comment se passera la cohabitation avec les vélos par exemple. Il y a déjà eu des accidents, ce qui incite à la prudence.

On peut aussi penser que certaines villes pourraient interdire ces véhicules par souci de simplicité. A plus forte raison alors qu’ils représentent parfois une gêne dans l’occupation de l’espace public. Le projet de loi sera présenté dans le courant du mois de novembre, il ne reste plus qu’à patienter pour en savoir plus… Bird, Lime et même Uber sauront alors à quelle sauce ils seront mangés.

Source

10 Commentaires

10 Commentaires

  1. Marie

    25 octobre 2018 at 7 h 54 min

    Bonjour,
    Nouvellement parisienne et me déplaçant en velo, je comprends les interrogations suscitées par ces nouveaux véhicules.
    Mais, dans les faits, ils sont tout simplement à rapprocher des vélos.
    A le vivre au quotidien, ils ne sont pas plus gênants qu’un autre vélo.
    Le vélo n’a pas besoin d’immatriculation : pourquoi trottinette et autres devraient en avoir ?
    Il suffirait – Je pense – de les intégrer aux lois régissant les vélos.

    • Dominique

      25 octobre 2018 at 21 h 25 min

      Merci, c’est sympa et très bien pensé et ça ne peut pas faire de mal aux piétons grincheux et de mauvaise foi ( pas tous il reste quelques gentils ).
      Et vive la cohabitation cyclistes-trotters,mais pour cela il faudra encore beaucoup de peinture pour raccorder les tronçons sinon le(la) trotter sera obligé de s’arrêter pendant que le(la) cycliste continuera sa route…

  2. Milka

    25 octobre 2018 at 9 h 12 min

    j’adore comment il faut tout légiférer,
    et si les gens étaient plus civilisés cela suffirait largement !
    il faut juste une bonne éducation et mentalité, pas d’une loi.

  3. Phil

    25 octobre 2018 at 9 h 33 min

    Et quid des piétons qui traversent les pistes cyclables sans regarder… et se font téléscoper par des cylistes ou trotinettes ????

    A quand un permis de marcher ?

  4. JPR

    25 octobre 2018 at 11 h 27 min

    Une trottinette électrique c’est :
    – une consommation de 10 Wh/km, soit 15 à 20 fois moins qu’une Tesla par exemple, et 60 à 100 fois moins que l’équivalent énergétique en véhicule essence ;
    – une place de parking potentiellement libérée ;
    – aucun rejet ;
    – une modularité parfaite pour les transports combinés (tient dans un coffre, dans un train)
    – se range et se recharge dans un coin du bureau : aucune infrastructure de recharge n’est nécessaire. Ni local à vélo, ni parking.
    – répond à quasiment tous les besoins de déplacements urbains, y compris sur des dizaine de kilomètres.
    – un prix de revient absolument imbattable.

    Comment un engin aussi miraculeux peut-ils se retrouver mis au ban dans certaines villes ? Alors même que la population l’adopte en masse !

    Le problème est simple : RIEN n’est fait pour elles alors qu’elles sont la solution d’avenir !
    Donc au lieu de restreindre et de pointer du doigt, il faut prendre le problème complètement à l’envers :
    1/ Penser et concevoir l’ensemble de l’aménagement urbain autour des pistes cyclables partagées entre vélo et trottinettes gyropodes etc.
    2/ Protéger ces pistes de l’incursion des voitures et camions, et AUSSI des piétons(pistes physiquement séparés ; verbalisation systématique des intrus)
    3/ Prévoir l’aménagement des transports (bus et rail) pour accueillir ces engins
    4/Légiférer pour obliger les entreprises à recharger leur trottinette sur le lieu de travail
    5/Légiférer pour obliger les établissements scolaires à stocker et recharger les trottinettes des personnels et des élèves.

    Voilà ce qu’il faut faire, et rien d’autre.

    • jeez

      25 octobre 2018 at 13 h 11 min

      très bon argumentaire, il n’y a plus qu’a envoyer ça aux députés…

  5. Dave

    25 octobre 2018 at 16 h 09 min

    Je valide.
    Utilisateur journalier d’une trotinnette, j’ai parcouru 1000km pour 2euro…
    Je prends moins ma voiture…
    Bref pour moi c’est un vrai moyen de locomotion a part entière.

  6. ebousca

    25 octobre 2018 at 16 h 15 min

    Enfin un discours intelligent!

    Utilisteur d’une trottinette électrique depuis 2 ans je ne peux que je rejoindre et appuyer votre point de vue.

    Par rapport à ce que dit JEEZ, n’ y a-t-il pas quelque chose à creuser.

    Mobilisation des utilisateurs de trottinette électrique sur change.org par exemple?

  7. MAT

    26 octobre 2018 at 8 h 49 min

    J’ajouterai que l’assurance pour ce type de véhicule devrait être intégrée aux assurances auto au minimum.

  8. Eric Lo

    26 octobre 2018 at 14 h 01 min

    Obliger les trottinettes à rouler sur les toutes avec les Scotters, les voitures et les bus Encore une bonne idée pour faire moins d’accident légers de piétons et plus d!accidents potentiels lourd de trotinneur… et quand il y aura un trotimort on dira que c!est sa faute

    Bravo encore un super bonne idée du législateur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests