Suivez-nous

Smartphones

Pourquoi la Commission Européenne s’attaque à Apple Pay ?

La Commission Européenne ouvre une enquête sur Apple Pay et les restrictions qui empêchent la concurrence d’exploiter la fonction NFC des iPhone pour les paiements sans contact.

Publié le

 

Par

Banque en ligne Apple Pay
© Apple

Les iPhone peuvent depuis septembre 2014 servir de cartes de paiement sans contact via la fonction Apple Pay et leur puce NFC, tout comme les smartphones Android via Android Pay, Google Wallet puis Google Pay dont la technologie a été lancée autour de la même période. Mais voilà en 2022, c’est bien le système de paiements sans contact qui semble détenir de très loin la plus grosse part du marché dans la plupart des régions du monde. Or, sur iPhone, aucune solution de paiement tierce ne peut utiliser la fonctionnalité NFC des iPhone comme le fait Apple Pay.

La plateforme Android est un peu plus ouvertes aux solutions tierces, mais dans les faits, on remarque que seule une poignée d’applications (Google Pay et Samsung Pay) sont les seules vraies solutions pour payer sans contact avec le smartphone. De la même manière que ces solutions de paiement sont indisponibles sur iPhone, les smartphones Android ne peuvent payer avec Apple Pay. De là on aurait pu imaginer que les près de 75% des parts de marché Android contre autour de 15% pour les iPhone se traduiraient par des parts de marché semblables sur les paiements sans contact.

Apple semble empêcher artificiellement la concurrence d’utiliser la fonction NFC des iPhone pour le paiement sans contact

Et pourtant, Apple est bel et bien le roi incontesté du marché. Le système de paiement est utilisé par plus de 507 millions d’utilisateurs dans le monde (chiffres Statista 2020) et plus de 48% des utilisateurs d’iPhone y ont accès. Aux Etats-Unis, Apple Pay représente pas moins de 90% des paiements sans contact, reléguant les solutions de paiement sans contact concurrentes au rang de gloses gribouillées en coin de page. Des chiffres précis suffisamment récents manquent pour l’Europe. Mais à en croire la Commission Européenne, il y a de quoi, ici aussi, s’alarmer de la mainmise de Apple sur les paiements sans contact.

Or ce que reproche vraiment l’Europe à la firme de Cupertino n’est pas tant ses parts de marché, mais plutôt son action continue pour empêcher la concurrence d’utiliser le dispositif NFC des iPhone. “La Commission Européenne vient d’informer Apple de son avis préliminaire selon lequel la firme abusé de sa position dominante dans les marchés des portemonnaies mobiles sur les appareils iOS. En limitant l’accès à un standard technologique utilisé par les paiements sans contact via les smartphones dans les points de vente (‘Near Field Communication’, ‘NFC’ ou ‘Tap and Go’), Apple restreint la concurrence dans les marchés de portemonnaies mobiles sur iOS”, explique la Commission Européenne dans un communiqué de presse.

La commissaire à la concurrence Margrethe Vestager ajoute : “des indices montrent que Apple a restreint l’accès à des technologies clés permettant à des tierces parties de développer des solutions rivales de paiement mobile […] selon un constat préliminaire, Apple pourrait avoir ainsi restreint la concurrence au bénéfice de sa propre solution de paiement Apple Pay. Si cela était confirmé, une telle conduite serait illégale selon nos règles en matière de concurrence”. La Commission souligne que Apple “contrôle chaque aspect de l’expérience utilisateur dans son écosystème, ce qui comprend l’accès développeur aux portefeuilles de paiement”.

Mais aussi le fait que Apple Pay est “la seule solution” permettant de payer sans contact via la technologie NFC sur les iPhone et autres produits Apple. A ce stade, la Commission Européenne ouvre donc les hostilités : une enquête est lancée et en fonction de ses conclusions Apple pourrait être condamné à une amende plus ou moins lourde, et surtout à ouvrir davantage le système NFC des iPhone à la concurrence. De son côté, Apple répète régulièrement que ces restrictions sont en place pour renforcer la sécurité des paiement sur iPhone.

Selon les textes Européens, Apple pourrait in fine être condamné à terme à verser jusqu’à 10% de son chiffre d’affaire mondial – si l’on prend le chiffre d’affaires de 2021, cela représenterait la coquette somme de 78 milliards de dollars. Reste à savoir dans quelle mesure Apple se pliera aux exigences de l’Europe qui tente également d’imposer par ailleurs à la firme d’abandonner son port de charge propriétaire Lightning au profit de la technologie USB type C.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests