Suivez-nous

Fintech

Revolut veut devenir une véritable banque américaine pour un enjeu crucial

Un moyen de passer de la petite néo-banque populaire à une banque à part entière sur le sol américain.

Il y a

  

le

 
Revolut Change
© Revolut

Revolut serait sur le point de demander la licence bancaire aux États-Unis, cinq mois seulement après l’obtention du précieux sésame qui allait lui permettre d’esquiver les problèmes du Brexit en Europe.

Selon une source interne à l’entreprise, rapportée par CNBC, la néo-banque britannique aurait lancé une demande de charte bancaire avec l’État de Californie. L’intérêt ? Lui faciliter l’accès au crédit, une nouvelle offre qu’elle pourrait alors déployer sur l’ensemble du territoire fédéral grâce aux accords interétatiques.

Bientôt une banque américaine

Revolut n’a pas confirmé l’information pour le moment. On peut imaginer qu’elle le fera au moment de la concrétisation du projet, ou lors de la prochaine prise de parole de Nikolay Storonsky, le PDG de la première néo-banque européenne, à ses investisseurs.

Pour constituer sa demande, la source interne de la société financière explique que Revolut irait s’approcher de la Federal Reserve Bank de San Francisco, en plus de la Division des institutions financières de Californie. La demande devrait être soumise « d’ici quelques semaines ».

Si Revolut atteint son but, alors la banque aura la capacité d’exercer en autonomie sur ses nouveaux produits. Le crédit, forcément, est le point crucial. À l’heure actuelle, son activité aux États-Unis est possible grâce à un partenariat qu’elle avait fait avec la Metropolitan Commercial Bank. Revolut avait fait l’annonce de son arrivée sur le sol américain le 24 mars dernier.

Un enjeu crucial

Comme il y a sept mois, Revolut continuera à viser ses profils type de clients, à savoir les étudiants et les personnes non bancarisées. Mais la concurrence est de plus en plus rude, notamment avec des sociétés de paiement en pleine croissance comme Square et le leader PayPal.

Le défi américain ne pourra pas forcément perdurer plus longtemps sans une autonomie bancaire, ce à quoi Revolut s’attaque aujourd’hui. Ses 13 millions de clients sont principalement issus de l’Europe et l’enjeu sera crucial pour pouvoir faire sa place aux États-Unis et espérer atteindre ses objectifs d’acquisition de millions de clients. Un chantier en parallèle à celui de proposer une offre bancaire professionnelle, qui commence à lui réussir.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *