Suivez-nous

Fintech

Véritable « créateur de banque », la fintech SolarisBank lève 60 M€

Spécialisée dans la conception de produits bancaires, la fintech a reçu les faveurs des investisseurs pour renforcer sa position sur le territoire européen.

Il y a

  

le

 
solarisBank
© Nattanan Kanchanaprat/ pixabay

La fintech SolarisBank, spécialisée dans la conception de produits financiers, vient de lever 60 millions d’euros. Travaillant comme une BaaS (Banking-as-a-Service), son offre profite de son agrément bancaire pour accélérer le développement de fintech cherchant à rapidement se lancer sur le marché.

Le scandale de Wirecard, qui a éclaboussé le monde de la fintech, ne semble donc pas avoir perturbé les autres acteurs. Solarisbank continue son ascension et son ambition de croissance pour devenir un acteur incontournable du secteur bancaire européen.

Ainsi, le tour de table en série C sera dirigé par HV Holtzbrinck Ventures avec la participation de Vulcan Capital, de Samsung Catalyst Fund et de Storm Ventures. L’opération a permis de réunir environ 67,5 millions de dollars, l’équivalent de 60 millions de dollars.

« Nous cherchions à l’origine 40 millions d’euros, mais nous avons été submergés par l’intérêt des investisseurs malgré le Covid », a expliqué Layla Qassim, responsable de la stratégie et des relations avec les actionnaires de solarisBank, à TechCrunch.

Un positionnement stratégique

Avec la clôture de ce tour de table, qui selon la procédure du secteur bancaire sera confirmée par approbation réglementaire, la fintech aura levé en totalité pas moins de 160 millions d’euros en 4 ans. Elle est désormais évaluée à 320 millions d’euros. Elle dispose également d’une filiale dénommée « Solaris Digital Assets », consacrée aux cryptomonnaies et à d’autres actifs numériques.

Ces investissements lui ont notamment permis de continuer à développer ses produits et d’étoffer son portefeuille de clients. À la fin du premier trimestre 2020, solarisBank compte pas moins de 400.000 comptes de clients finaux repartis parmi les 70 entreprises avec lesquelles elle travaille.

Véritable créateur de banque

Grâce à ses API, les fintech telles que les banques en ligne et les néo-banques peuvent sélectionner les services dont elles ont besoin pour créer l’architecture technique de leur offre bancaire. Elles peuvent ainsi choisir d’ouvrir des comptes bancaires et d’émettre des cartes de paiement attachées à ces comptes ou bien d’émettre des cartes et les attacher à un autre compte préexistant. Elles ont également la possibilité de bénéficier de divers services autour des paiements, des coupons ou des transactions transfrontalières. SolarisBank vient également de s’associer à American Express pour lancer Splitpay, un service de paiements échelonnés pour les achats en ligne.

Ces services facilitent la vie des fintech et leur enlève un poids considérable : celui de négocier un soutient avec d’autres établissements bancaires dont ce n’est pas la spécialité et qui n’ont pas de service dédié. En France, la fintech Treezor (appartenant à la Société Générale), est à l’origine de nombreuses technologies fintech, et a participé à la création de Shine, une néo-banque à destination des professionnels.

Mastercard veut lancer des fintech « en quelques jours »

Pour celles qui viseraient l’obtention d’un agrément d’établissement bancaire, le parcours est semé d’embûche. La réglementation est stricte et pour cause le candidat doit notamment justifier de capitaux propres pour exercer dans ce domaine et garantir une solvabilité minimum.

En France la réglementation prévoit le dépôt d’un dossier auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) qui jugera de la solidité de l’établissement et vérifiera sa conformité au regard du code monétaire et financier. L’accord de Bâle III, intégré à la législation européenne et internationalement reconnu, impose également la détention d’un minimum de capitaux propre pour pouvoir prétendre devenir un établissement bancaire.

Grâce à solarisBank, les fintech bénéficient de plus de souplesse et peuvent s’appuyer sur un acteur financier dont le rôle premier est de leur offrir un service clé en main pour leur permettre de développer leur croissance.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *