Suivez-nous

Fintech

Tandem Bank veut verdir son image, et lève 60M£

La banque en ligne britannique viendrait de boucler un tour de table à 60 millions de livres sterling.

Il y a

  

le

 
Tandem Bank Ecologie
© Tandem

Malgré le Brexit et son parcours qui lui a fait perdre sa première licence bancaire, la banque londonienne Tandem a réussi à reconquérir le cœur des investisseurs. L’information n’a pas encore été confirmée par sa direction, mais la société aurait levé 60 millions de livres sterling dans le but d’investir massivement dans une nouvelle stratégie : la green finance.

Sur son marché local, l’établissement compte 800 000 clients. Face aux nouvelles licornes britanniques de la néo-banque (Revolut, Monzo), la taille de Tandem en serait presque trop faible pour pouvoir continuer d’exister avec ambition. Pour pouvoir continuer à leur tenir tête, la banque en ligne créée en 2013 veut s’accaparer d’outils pour réduire l’impact de ses clients sur l’environnement. La « green fintech » fait partie des stratégies les plus en vogue, et cela plait aux clients.

Crédits « verts »

Les 60 millions de livres sterling de ce nouveau tour de table proviennent en grande partie de la Qatar Investment Authority. Pour le moment, seules « des sources proches du dossier » ont fait part de cette nouvelle à l’agence britannique Reuters. Mais un porte-parole de la fintech a d’ores et déjà confirmé qu’une levée de fonds avaient bien eu lieu.

« Tous les détails de la transaction seront disponibles en temps voulu » expliquait l’homme. Celle-ci est jugée « importante », mais la banque en ligne visait à l’origine sur 100 millions de livres sterling. La campagne de financement est apparue au printemps dernier, et cela ne cache pas les difficultés certaines de la banque en ligne, alors que Revolut vient dans le même temps de récupérer 500 millions de dollars d’argent frais.

La campagne de financement avait été lancée dans un but bien précis. Pour pouvoir redéfinir son image et introduire une RSE davantage éco-responsable, Tandem Bank souhaitait introduire une offre de crédit pour des investissements écologiques. Pour ce faire, elle vise le rachat d’un émetteur de prêts « verts », qui permettra de donner la possibilité à ses clients de trouver les fonds nécessaires pour des projets tels que l’achat de panneaux solaires, ou peut-être même d’une voiture électrique.

Nous n’avons pas encore reçu de précisions sur l’identité de cette société de contraction de crédit. La nouvelle devrait arriver quand la direction choisira de révéler plus officiellement cette levée de fonds, et confirmer ou non son montant avancé par Reuters.

La « fintech for good » a le vent en poupe

Depuis 2019, les startups de la fintech commençent à ressentir des tendances de consolidation sur leur marché. C’est notamment le cas sur le secteur bancaire, alors que les campagnes d’investissements peine de plus en plus à trouver des investisseurs lorsqu’il s’agit de levée en seed ou en série A.

Pour pouvoir plaire donc, les nombreux projets doivent redoubler d’imagination, et se positionner sur des offres à la philosophie de marque forte. La plus stratégique : la pensée responsable. Beaucoup de nouveaux acteurs se tournent vers des offres écologiques, ou du moins avec un impact positif.

Les projets « verts » semblent avoir le vent en poupe. En France, la Bpi va bientôt annoncer un renforcement de taille dans ses investissements écologiques pour devenir une « banque du climat ». Certains projets ont déjà vu le jour dans l’hexagone, tel que la néo-banque Onlyone et la solution de paiement PayGreen. Toutes les deux veulent que leurs clients puissent faire de leurs transactions de bonnes actions. Chez Tandem, un moyen surtout pour échapper à l’image des banques traditionnelles ?

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *