Uber et Lyft détrônent Bird de son marché

La startup Bird, valorisée 2 milliards de dollars, propose des scooters en libre-service à Santa Monica et ferait de l’ombre à des entreprises comme Uber et Lyft. Aujourd’hui, les deux rois du VTC reprennent du terrain, car la mairie a restreint le nombre de licences pour ce genre de moyen de transport.

Bird

Photo: Wally Skalij/Los Angeles Times via Getty Images

Alors que le métier de Bird Hunter popularisé par la jeune entreprise aux scooters attire des centaines de jeunes aux États-Unis, voici qu’un sacré coup dur vient la frapper directement au coeur de ses positions. La chute est telle que les machines disponibles ont d’ailleurs toutes été retirées de l’espace public en signe de protestation. Un sacré manque à gagner, pour les finances de la jeune pousse comme pour les Hunters, qui a d’ailleurs abouti à une manifestation devant la mairie annonciatrice de sa volonté de limiter le nombre de sociétés pouvant opérer dans la ville.

Et il y a de grandes chances pour que Bird et Limeun concurrent qui fait appel à des trottinettes électriques dans lequel a investi Alphabetne fassent pas partie des noms retenus par les élus pour pouvoir continuer à se développer dans leurs rues. En effet, seuls Uber et Lyft ont tous deux déjà vu leur application approuvée par la municipalité. Un appel à projets devrait toutefois offrir une dernière chance à ce réseau innovant de nouvelles mobilités urbaines positives, avec 2 places pour des opérateurs de vélos électriques et 2 autres pour des scooters, d’ici à l’automne.

Fraîchement débarquée à Paris, la nouvelle licorne californienne n’aurait ainsi pas réussi à convaincre la mairie, alors que les évaluations des dossiers de candidature portaient pourtant sur des sujets comme l’expérience et la sécurité, des points forts qui avaient déjà séduit des investisseurs à une vitesse jamais vue auparavant, parmi lesquels rien de moins que Sequoia Capital.

Dès septembre, Bird ne pourra plus opérer à Santa Monica. Une information confirmée dans un email envoyé à tous ses Hunters, qui vont se retrouver sans source de revenus. Encore l’illustration du statut précaire des autoentrepreneurs suivant le modèle de l’uberisation, après la chute fatale de Take Eat Easy, de Fetch, et, la dernière en date, de Foodora.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.