Infiniti Q50 : le premium non-conformiste

Essai de la nouvelle Infiniti Q50, une berline au caractère bien trempé bardée de technologies innovantes.

Q50-01

Tous les amateurs de belles voitures « statutaires » ou « premium » ne sont pas forcément des fans de berlines allemandes. Pourquoi ? Parce-que les Audi, Mercedes et autres BMW peuvent paraitre un peu trop rigoureuses et austères aux yeux de certains. Et quand on parle de rigueur et d’austérité, la tristesse n’est jamais très loin, n’est-ce pas ?

Or haut de gamme ne doit pas forcément rimer avec ennui. Loin de moi l’idée de dire que l’on s’ennuie au volant d’une teutonne, mais bon admettons que cela puisse parfois manquer un peu de fantaisie, ou à tout le moins d’une certaine chaleur.

Il est une marque – non pas allemande mais nippone – qui semble avoir compris cela, et qui du coup propose une approche aussi esthétique que légèrement iconoclaste du premium. Cette marque c’est Infiniti. Après le succès d’image de l’incroyable SUV QX70, sorte de vaisseau extra-terrestre arrivé dans nos contrées pour bousculer les Porsche Cayenne et autres Audi Q7, c’est le segment des berlines moyennes du segment D qu’Infiniti cible à présent avec la Q50, une berline sortie fin 2013 et qui vient de bénéficier de l’arrivée d’une nouvelle motorisation quatre cylindres turbo.

q50 cervinia

J’ai eu l’occasion de l’essayer sur une petite journée lors d’un parcours mixte constitué d’autoroutes italiennes de la Vallée d’Aoste puis de routes de montagne, rapides, puis plus sinueuses, le tout nous menant de l’aéroport de Turin à la station de Cervinia, soit environ 150 kilomètres sans maréchaussée (et sans radars, si vous voyez ce que je veux dire).

De quoi titiller un peu la belle et lui faire sortir ce qu’elle avait dans le ventre.

Infiniti_Q50_013_hires

Un moteur qui pousse… et qui miaule

Je passerai rapidement sur ce chapitre. La mode est au downsizing, et la Q50 n’y échappe pas puisque ce modèle intègre le premier quatre cylindres produit par la marque en lieu et place du six cylindres connu précédemment. Ce « petit » moteur de deux litres de cylindrée s’en tire cependant pas mal avec son turbo qui lui permet d’afficher 211 chevaux et d’abattre le 0 à 100 km/h en 7,2 secondes. Côté reprises c’est correct également. En revanche la sonorité n’est pas vraiment au rendez-vous et on a parfois l’impression d’être aux commandes d’une petite citadine que l’on pousserait un peu dans les tours : ça miaule davantage que cela rugit, et ce genre de son est assez inhabituel de la part de ce type de voiture.

Tenue de route et sécurité : sur des rails

Côté liaisons au sol cette voiture est étonnante tant elle gomme toute sensation, quelque soit le mode choisi, confort ou sport, à tel point que même dans les derniers lacets qui mènent à Cervinia parcourus à un bon rythme sur une chaussée humide il était difficile de savoir si l’on conduisait un modèle quatre roues motrices ou une propulsion (les deux étaient disponibles dans les voitures essayées et je n’avais pas vérifié avant de monter à bord). Les aides à la conduite sont nombreuses, avec évidement les classiques ABS et antipatinages, mais également la direction Direct Adaptive Steering et le système « steer-by-wire », un dispositif de commande de direction sans crémaillère mais uniquement par faisceau électronique inspiré de l’aviation, une première sur un véhicule de série (le système est quand même doublé par la classique crémaillère pour des raisons de sécurité et de norme obligatoire). Autre aide à la conduite, l’Active Lane Control à force et sensibilité réglables, qui « aimante » le véhicule à sa voie de circulation. Un dispositif sécurisant, certes, mais que j’apprécie moyennement tant il donne parfois l’impression paradoxale que le volant vous échappe.

q50 turin

Haute technologie et digital

Même si nous ne sommes pas insensibles aux performances, c’est souvent le sujet qui nous intéresse le plus : quelles sont les technologies embarquées et notamment l’info-divertissement et les options de connectivité qui équipent un véhicule. De ce point de vue l’Infiniti Q50 ne m’a pas déçu et l’on retrouve le riche niveau d’équipement de série des japonaises, augmenté de nombreuses options qui font dire que rien ne manque. Infiniti nous indique que la Q50 est le véhicule le plus personnalisable de sa catégorie avec 96 paramètres répartis sur 10 fonctions. Et effectivement si l’on veut s’attarder sur les différents réglages disponibles on pourrait certainement passer une ou deux heures à tout appréhender afin de personnaliser l’engin. Côté info-divertissement, j’ai particulièrement apprécié les deux grands écrans tactiles superposés de la console centrale du système Infiniti InTouch : LCD VGA 8 pouces et LCD VGA 7 pouces. L’écran supérieur, le plus grand, affiche la navigation GPS en 3D alors que l’écran situé en-dessous permet d’accéder à toutes les commandes de la voiture : multimédia, confort, climatisation, caméras anti-collision, etc. L’idée qui a présidé à ce choix : la navigation doit bénéficier de son propre écran afin de ne pas être coupée quand on utilise d’autres commandes. Ainsi vous pouvez connecter votre smartphone en BlueTooth, pendant que sur l’autre écran s’affichent en couleur et en HD les données de vos playlists musicales (titres, pochettes etc) qui jouent sur l’excellente sono BÔSE de la voiture. L’écran, dans sa qualité et la fluidité de ses commandes, rappelle celui d’un smartphone ou d’une tablette.

q50 intouch

q50 intouch 02

Offrant tout ce qui plait dans les smartphones et les tablettes, le Q50 permet de rester connecté. Emails, appels, navigation, medias sociaux, la nouvelle interface disponible sur Q50 offre un vaste choix d’applications avec une ergonomie similaire aux tablettes. Dénommé Infiniti InTouch, le cÅ“ur du dispositif est de série sur toutes les versions de Q50 (sauf navigation mais avec le double écran). Infiniti InTouchâ„¢ est aussi intuitif qu’un iPad et aussi pratique qu’un smartphone. Il intègre vie à bord et services on-line, le smartphone du conducteur faisant office de portail. Le système peut être opéré grâce au double écran tactile, au système de reconnaissance vocale, à une commande sur la console centrale et aux commandes au volant. Les applications préférées – Facebook, Twitter, le sport, les voyages et la météo par exemple – d’un smartphone peuvent être chargées sur InTouchâ„¢ de manière à rester disponibles en toute sécurité pendant un trajet. Infiniti a créé son propre app store baptisé App Garage, sur lequel les possesseurs de Q50 peuvent sélectionner parmi un large choix d’applications, choix qui ira grandissant au fil du temps. Le système peut intégralement être upgradé afin de bénéficier des dernières évolutions du logiciel et des applications.

Points clés d’InTouch™ (peut varier selon les marchés):

  • Plateformes iPhone, Android et d’autres à venir
  • Boite emails configurée pour Gmail, Hotmail et Yellmail
  • Synchronisation automatique avec Google calendar
  • Upgrade possible avec nouvelles applications et MAJ du logiciel
  • Double écran tactile
  • Pas de coût additionnel la première année
  • Apparence et agencement entièrement personnalisables
  • Système avancé de lecture des emails
  • Compatible Twitter, Facebook et beaucoup d’autres

Confort sur-mesure et finition au top

Après 300 kilomètres à bord de la Q50, une chose est indéniable : c’est une voiture d’un confort exceptionnel. L’insonorisation est excellente, tant au niveau du moteur que des bruits aérodynamiques ou de roulement. Les sièges (cuir dans la version essayée) réglables électriquement jusqu’à offrir une position parfaite et mémorisable offrent un confort étonnant, qui s’explique par l’adoption d’une technologie « sans fatigue » issue des recherches de la NASA sur l’apesanteur.

La sono BÖSE et ses 14 haut-parleurs ainsi que le contrôle actif du bruit (ANC) font le reste et contribuent largement à l’ambiance cosy de la voiture et au côté salon roulant à tendance sportive. L’amortissement est souple tout en restant rigoureux et toutes les commandes sont particulièrement douces, avec notamment une direction très directe. Le régulateur de vitesse adaptatif intelligent complète ce tableau et rend les grandes distances particulièrement agréables. Notez enfin que tous les réglages que vous effectuerez sur la voiture peuvent être enregistrés dans la clé intelligente I-Key.

Q50 interieur

La vie à bord offre également de nombreuses options de personnalisation, que le Q50 saura reconnaître chaque fois que le conducteur ou la conductrice s’installera au volant. Suivant les versions, on pourra paramétrer et mémoriser sa position de conduite préférée (sièges, volant et rétroviseurs extérieurs), ses réglages de climatisation, ses itinéraires et options de navigation, ainsi que ses préférences relatives aux fonctions Infiniti InTouch™ de communication, information et info- divertissement. Les affichages à l’écran, la langue, la couleur, les photos et les raccourcis, sont également paramétrables. Le système se souviendra si l’on préfère des L/100 km à des mpg, des degrés Celsius à des degrés Fahrenheit, une pendule analogique à une pendule numérique. Ou l’inverse.

En conclusion

L’Infiniti Q50 a dans son viseur l’Audi A4, la Mercedes classe C ou encore la BMW série 3. Côté finitions, qualité perçue et confort, elle n’a rien à leur envier, et ferait probablement même mieux sur certains points, notamment en matière d’équipements et de personnalisation. On se sent bien à bord avec les matériaux inclus dans la finition cuir et aluminium Kacchu, et même si la voiture peut se révéler assez nerveuse en conduite sportive, tout est calme et volupté à son bord, avec un plaisir de conduite qui n’a pas été négligé. Concernant l’esthétique de la voiture, je considère (mais c’est mon goût personnel) que la ligne est une belle réussite, entre fantaisie et agressivité, avec ce côté cossu qui plaira sans doute à la clientèle américaine et un profil germano-anglais très personnel qui la distingue du lot des concurrentes de même catégorie.

Modèle essayé : Infiniti Q50 2L Turbo full options rouge « Venetian Ruby » boite séquentielle 7 rapports à palettes au volant, au prix catalogue de 55.880 euros. Prix de 34.915 euros à 56230 euros.

  • Vitesse maxi : 245 km/h
  • Consommation : urbaine : 8,6 l/100km – extra-urbaine : 5,0 l/100km – mixte : 6,3 l/100km
  • Émissions de CO2 : 146g/km

(données constructeur)

Le Q50 sur le site officiel Infiniti


8 commentaires

  1. Très étonné de voir cette espèce de publi-reportage qui ne trouve aucun défaut au véhicule essayé et qui compare le QX70 au Porsche Cayenne ou l’Audi A7. Sourire … Je pense que l’auteur n’a pas capté ce qu’est véritablement le segment premium. Pour faire court, c’est la capacité qu’on Audi, Porsche ou Mercedes à vendre 10 fois plus de voitures 3 fois plus chères qu’Infiniti 🙂

    • Eric

      @Gulliver : ce n’est pas un publi-reportage, personne n’a été payé pour écrire cet article. Et l’auteur pense connaitre assez bien le segment premium, pour avoir longtemps roulé en Audi, puis actuellement, en Porsche, et accessoirement avoir testé pas mal de voiture de ce segment (y compris Tesla S, en ce moment même).
      D’autre part sans vouloir vous retourner le compliment, il semblerait que vous connaissiez vous-même assez mal ce segment puisque vous indiquez des prix qui n’ont rien à voir avec la réalité. Une Infiniti Q50, située sur le segment Audi A4, coûte exactement le même prix, selon les versions, et non pas trois fois moins cher. C’est d’ailleurs toute la raison d’être des marques de luxe créées par les japonais.
      Voilà voilà…

  2. Eric

    Ah , et un dernier truc : quand on est invité à essayer une voiture et qu’on la trouve bien, on ne va pas écrire de la merde juste pour le plaisir de montrer qu’on a l’esprit critique hein.

  3. Gulliver et beaucoup d’autres n’aiment pas être ébranlés dans leurs certitudes. Pour eux, point de salut en dehors des 3 majors allemandes. Le reste ne peut être que médiocre…Alors quand un article se permet de comparer une Japonaise aux références teutonnes et lui trouve en plus des avantages, ça bouleverse leur petit monde et l’article ne peut être que biaisé. La vérité c’est qu’Infiniti porpose une très belle alternative qui n’a rien à envier aux A4, C et série 3 pour un bien meilleur ratio « Value for Money », cet article n’est pas le seul à le dire, il suffit de se documenter un peu. La version coupé Q60 qui sortira début 2016 s’annonce d’ores et déjà magnifique soit dit en passant.
    Enfin l’article juge les qualités intrinsèques du véhicule, pas la puissance marketing du groupe qui la produit qui est indéniablement moindre chez un challenger comme Infiniti en Europe que ne peut l’être celle de groupes installés depuis des décennies sur le marché.

  4. On a eu le plaisir d’essayer l’Infiniti Q50s avec le Blog Cars Passion, une pure merveille, la plus puissante des hybrides actuelles, capable de faire du 6 litres au 100 et d’avoir des sensations de conduite avec 364 chevaux. Ajouter à cela une technologie embarquée bluffante, les allemandes premium n’ont qu’à bien se tenir.

    Florian du Blog auto Cars Passion

  5. Eric

    @Flo ( Cars Passion) : exact, j’ai une Q50S Hybride en ce moment et cette voiture est vraiment incroyable, un mix puissance/performances/confort/économie jamais vu. 364 chevaux et ma moyenne de conso actuelle mixte autoroute+ville est de 7,4 L/100 km. En ville, si tu passes en ECO tu tombes à 5,5 L !

  6. @Eric merci pour ton retour, nous avions eu la version propulsion, incroyable en déconnectant les aides l’auto se montre assez sportive avec quelques dérives sympathiques. La Q50s est une auto premium qui je trouve se place plus en concurrence d’une Jaguar XE que d’une Audi A4 (très ennuyante finalement).

  7. Pingback: le haut de gamme non-conformiste - Papy Buzz

Send this to friend

Lire les articles précédents :
iPhone6
Samsung Galaxy S6 : vers un scanner d’empreintes digitales plus précis ?

D’après les rumeurs, Samsung envisage d’utiliser un autre type de scanner d’empreintes digitales pour le Galaxy S6.

Fermer