Suivez-nous

Auto-Moto

Après l’accident, Uber relance les opérations de ses voitures autonomes

Les voitures autonomes conçues par Uber avaient stoppé leur activité suite à un accident mortel. Quelques mois après, elles reviennent sur le devant de la scène.

Il y a

le

Uber
Ⓒ Collins Lesulie / Unsplash

Pour commencer, revenons quelques mois en arrière. En mars dernier, Uber a décidé de suspendre les essais de ses voitures autonomes, après qu’un de ses modèles -construit par Volvo– ait heurté une cycliste. L’actualité avait alors fait énormément de bruit, principalement en Arizona, l’état dans lequel le drame s’est produit.

Après plusieurs mois d’attente, la firme peut finalement relancer ses opérations. Pour rappel, la voiture n’avait pas été considérée comme fautive, bien que l’employée censée réagir en cas d’urgence ait été occupée par des vidéos sur son smartphone et ne regardait pas la route lors de l’impact.

Les voitures autonomes d’Uber autorisées à reprendre du service

L’enquête de la police a finalement déterminé que la victime était seule responsable du malheur qui lui est arrivé : en effet, elle traversait au milieu de la route, en dehors de tout passage piéton et sans lumière. De ce fait, les autorités locales ont permis à l’entreprise dirigée par Dara Khosrowshahi de relancer ses tests sur route ouverte.

Les véhicules autonomes de la société vont ainsi reprendre du service. En premier lieu, c’est la ville de San Francisco, pied-à-terre préféré des startups aux États-Unis, qui devrait voir rouler à nouveau les automobiles sans conducteur d’Uber sur ses axes de circulation.

Une décision juste ?

Même si la femme décédée lors de la collision avait adopté un comportement plus que risqué en s’engageant sur la route sans prendre de précautions, il est juste de se demander ce qui aurait pu arriver si l’opératrice assise sur le siège conducteur pendant le crash avait eu les yeux rivés sur le pare-brise.

En effet, tout juste quelque semaines avant le tragique accident, un ancien salarié d’Uber avait averti sa hiérarchie en lui envoyant un email qui soulignait un fait plus de troublant : les formations des chauffeurs auraient été de piètre qualité. Un facteur non négligeable pour tous ceux qui ont vu la vidéo enregistrée au moment du choc, publiée par la police.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests