Suivez-nous

Tech

Comment Joe Biden et Donald Trump se positionnent-ils sur les grands dossiers technologiques ?

Les deux candidats à la Maison Blanche ont des points de vue radicalement opposés sur de nombreux sujets mais se rejoignent quant à leur vigilance vis-à-vis de la Chine.

Il y a

  

le

 
Trump Biden
© Presse-citron.net

Dans un mois maintenant se tiendra l’élection présidentielle américaine. Observée de près par l’ensemble de la planète, elle revêt une importance considérable cette année dans un contexte économique et politique très tendu. En matière technologique, les grands dossiers ne manquent pas et les deux candidats à la Maison Blanche proposent des approches différentes pour résoudre les enjeux du moment.

Comment réguler les grandes entreprises du secteur qui font l’objet de suspicions de pratiques anticoncurrentielles et seraient devenues bien trop puissantes ? Quelle régulation pour les réseaux sociaux qui sont de plus en plus critiqués ? Comment assurer une protection suffisante aux travailleurs des grandes plateformes de la « gig economy » ? Ou encore, quel comportement adopter avec la Chine ? Les candidats avancent des idées pour traiter chacune de ces problématiques.

Régulation renforcée du secteur de la Tech vs dérégulation

C’est la marque de fabrique du mandat de Donald Trump : la dérégulation de l’économie à marche forcée. Comme le rappelle Cnet, cela s’est également vu dans le secteur technologique. À ce sujet, l’exemple emblématique est la fin de la neutralité du Net, un processus amorcé dès le premier mois de l’entrée en fonction du président américain. De nombreuses entreprises ne voyaient en effet pas d’un très bon œil cette réglementation prise sous Barack Obama qui les empêchait notamment de limiter l’accès à un contenu.

Le dirigeant républicain a par ailleurs remis en cause le programme fédéral Lifeline qui permet aux personnes ayant des revenus modestes d’obtenir un abonnement téléphonique et internet à un tarif préférentiel. Les normes exigées dans le cadre de ce programme n’étaient là encore pas du goût de certaines compagnies.

S’il accédait à la Maison Blanche en janvier prochain, Joe Biden privilégierait quant à lui une approche régulatrice du secteur technologique. Dans une note publiée sur le sujet, la Brookings Institution indique ainsi que le démocrate devrait agir bien plus fermement en matière de concurrence, d’application des lois antitrust, de confidentialité et de cybersécurité.

Ainsi, les démocrates entendent se montrer fermes vis à vis de Google, Facebook, Amazon et Apple, qui font toutes quatre l’objet d’une enquête antitrust au sein de la Chambre des représentants qu’ils contrôlent. L’idée est de soutenir plus massivement les PME du secteur dont la croissance serait entravée par les GAFAM, tout en garantissant un meilleur choix aux consommateurs.

Réseaux sociaux : vers moins de liberté pour les géants du Web

Depuis plusieurs mois maintenant, un affrontement spectaculaire se joue entre Donald Trump et les grands réseaux sociaux, à commencer par Twitter. Le républicain ne supporte pas de voir ses tweets étiquetés ou supprimés de la plateforme et estime qu’il s’agit de censure. Il a donc décidé de publier un décret visant à supprimer l’article 230 de la loi de 1996 portant sur la décence des communications. Ce texte accorde une quasi immunité juridique aux grands portails web et leur octroie une relative liberté dans la modération des publications.

Pour le président et son équipe de campagne, les choses sont claires : Twitter souffre d’un vrai biais idéologique qui vise à faire taire l’expression des conservateurs. Se faisant les champions de la liberté d’expression, les républicains entendent donc retirer au cours du prochain mandat les protections dont bénéficient les réseaux sociaux.

De manière plus surprenante, Joe Biden envisage lui aussi de supprimer l’article 230 mais pour des raisons bien différentes. L’ancien vice-président estime en effet que les géants du web en font bien trop peu pour lutter contre les trolls et les débordements racistes, homophobes et sexistes, ou encore la désinformation.

Comme l’a noté le Wall Street Journal, sa page de campagne vise particulièrement Facebook qu’il a par le passé qualifié « d’entreprise irresponsable ». Pour le reste, le candidat ne donne pas d’autres détails sur ce qui viendra remplacer le texte mais on peut imaginer qu’un effort supplémentaire de modération serait demandé.

Quelles protections pour les travailleurs des grandes plateformes ?

C’est un des grands sujets qui secoue le monde du travail partout dans le monde. Les personnes travaillant pour des compagnies comme Uber et Lyft ont le statut de travailleurs indépendants et ne disposent donc pas à ce titre d’assurance santé ou de cotisations retraites ou chômage financées par ces entreprises.

Face à cette problématique, Joe Biden entend suivre l’exemple de la Californie. L’État a adopté une loi en 2019 qui vise à traiter les chauffeurs VTC comme des employés et non des indépendants. Le texte suscite depuis quelques remous et il est encore très discuté.

Le démocrate ne fait également pas mystère de son aversion pour le modèle économique des plateformes. Il avait même qualifié de « petits monstres », les dirigeants de certaines entreprises opérant sur ce marché.

Donald Trump est les républicains ont un point de vue diamétralement différent sur ce sujet. Ils sont opposés à la loi californienne qui « prive les travailleurs de la possibilité de créer leurs propres horaires et de participer à une économie de travail libre et ouverte. »

Opposition Chine-USA : entre compétition et confrontation

Le sujet a tenu en haleine les observateurs et fait trembler bon nombre d’entreprises technologiques américaines. Depuis le début de son mandat, Donald Trump a décidé de hausser le ton contre les pratiques commerciales de la Chine et notamment ses entreprises technologiques. Cela s’est par exemple traduit par des mesures adoptées contre Huawei et dernièrement par le feuilleton de la menace d’interdiction de TikTok aux États-Unis. Un second mandat du républicain serait marqué par la même politique et la guerre commerciale ne serait pas de nature à ralentir.

Si Joe Biden accède à la Maison Blanche, les choses ne devraient pas pour autant s’apaiser aussi facilement. Le candidat démocrate a durant sa campagne exprimé le souhait de voir certaines chaînes d’approvisionnement essentielles revenir sur le territoire américain. Il en va selon lui de la sécurité nationale. L’ancien sénateur évitera toutefois de recourir aux mêmes types d’actions unilatérales que son adversaire. Il pourrait aussi décider de se tourner davantage vers l’Union européenne afin de peser plus dans les négociations avec l’Empire du Milieu.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests