Suivez-nous

Tech

Dans les Universités américaines, un mouvement s’organise contre la reconnaissance faciale

Une campagne, visant à interdire le recours à ce type de technologie, vient d’être lancée.

Il y a

  

le

 
Reconnaissance faciale
© Fight for the Future

La reconnaissance faciale n’en finit décidément plus d’être remise en cause. La semaine dernière, nous apprenions que la Commission européenne était en train d’envisager la mise en place d’un moratoire de cinq ans sur cette technologie dans l’espace public. Aux États-Unis aussi, les opposants ne sont pas en reste et notamment sur les campus universitaires américains.

Cela est loin d’être anodin car ce sont des lieux qui revêtent une grande influence et qui ont parfois un rôle précurseur, notamment au sein du parti Démocrate. L’association Fight for the Future, spécialisée dans la défense des libertés publiques, et le groupe étudiant Students for Sensible Drug Policy, ont décidé de lancer une campagne pour lutter contre la mise en place reconnaissance faciale dans les universités.

Des villes américaines mobilisées contre la reconnaissance faciale

Pour appuyer leur démarche, un site web a notamment été lancé. Il inclue des éléments permettant d’argumenter contre ce type de vidéosurveillance, ainsi que des informations précieuses pour quiconque a l’intention de militer sur le sujet.

Contacté par Venturebeat, Evan Greer, directeur adjoint de Fight for the Future, a justifié cette initiative : «Le recours à la reconnaissance faciale qui s’étendrait aux campus universitaires mettrait en danger les étudiants, les professeurs et les membres de la communauté. Ce type de technologie invasive représente une menace profonde pour nos libertés fondamentales, nos droits civils et nos libertés académiques ».

Selon lui, les établissements utilisant déjà la reconnaissance faciale mènent des expériences contraires à l’éthique et il y a donc urgence à agir. En à peine une semaine, la campagne a déjà fait parler d’elle. Plusieurs groupes se sont formés localement pour réclamer aux administrations une interdiction formelle. Et des directions d’universités aussi prestigieuses que Stanford ou Harvard ont même été contactés afin de leur demander de prendre position sur le sujet.

Au delà des campus, la résistance s’organise également localement et nous vous parlions en décembre dernier du cas de Portland. La ville de l’Oregon interdit la reconnaissance faciale dans le domaine public mais a également décidé d’étendre sa décision aux entreprises.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests