Suivez-nous

Internet

Comment ce thème WordPress détournait l’argent gagné par ses utilisateurs

Ce thème Wordpress des plus populaires remplaçait l’ID de référence dans les liens d’affiliation des sites de ses utilisateurs.

Il y a

  

le

 
Wordpress Theme
© Unsplash / Stephen Phillips

Coup dur pour des centaines de milliers d’utilisateurs WordPress. L’équipe en charge de gérer le catalogue de thèmes à installer depuis le CMS a choisi de bannir pendant un certain temps l’un des thèmes les plus téléchargés du nom d’Astra, après avoir découvert que ses créateurs violaient les règles de politique sur l’affiliation.

Selon les déclarations de l’équipe WordPress, Brainstorm Force, l’entreprise derrière ce thème téléchargé plus d’un million de fois remplaçait l’ID des utilisateurs par la sienne dans les liens d’affiliations. La manigance était difficilement perceptible. L’éditeur ne remplaçait pas les URL en entière et passait par des plugins que les utilisateurs devaient installer.

L’équipe des thèmes WordPress avait décidé au préalable de suspendre l’accès au téléchargement du thème de six semaines. Dans ce cas, les utilisateurs peuvent continuer à l’utiliser et publier les mises à jour proposées. Mais pendant un peu plus d’un mois, Astra ne pourra pas être installé sur de nouveaux sites. Finalement, l’équipe a décidé de revoir la punition, et le thème WordPress Astra a uniquement été supprimé de la liste des thèmes populaires WordPress.

Tout cela devrait pourtant faire très mal à Brainstorm Force. Par le passé, d’autres éditeurs ont connu de tels bannissements, à l’instar du thème Zerif Lite il y a trois ans. L’entreprise en question avait vu ses revenus chuter de 63 %. Il faut dire que la durée de suspension avait été plus sévère : pendant cinq mois, la visibilité du thème avait grandement chuté.

Comme le précise un article du site WordPress Tavern, il n’est pas rare de voir des éditeurs de thèmes proposer à leurs utilisateurs d’utiliser leurs ID d’affiliation pour qu’ils puissent se rémunérer. Il s’agit d’une sorte de don indirect, qui n’a rien de malsain, à partir du moment où les utilisateurs sont conscients et ont le pouvoir de choisir.

Aucune demande d’autorisation

Or Brainstorm Force semblait agir dans le dos des utilisateurs. L’éditeur utilisait des plugins tiers pour injecter l’ID de son entreprise par des mises à jour automatiques. Aucun message informatif et aucune demande d’autorisation était communiquée aux utilisateurs. De quoi placer cette conduite comme une violation des règles de WordPress.

Le cofondateur de Brainstorm Force Sujay Pawar a publié un message d’excuses sur le blog du thème le 10 août dernier. Là encore, la communauté n’a pas apprécié la façon dont l’homme a mis à jour sa lettre à trois reprises, supprimant en effet plusieurs paragraphes annonçant que l’éditeur allait consacrer 5 % de ses ressources sous forme de dons à WordPress. La suppression du message était arrivée au moment où WordPress avait rendu son verdict, ne faisant que radier le thème des listes des thèmes populaires et non supprimer l’accès à son téléchargement.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Atom

    16 août 2020 at 0 h 15 min

    Et la prison, non ? C’est du vol qualifié.
    Ce n’est pas à WordPress d’appliquer une sentence, mais à la justice indienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests