Suivez-nous

Cybersécurité

Cybersécurité : une étude montre la négligence des politiques américains

À l’approche de l’élection présidentielle, les hommes politiques semblent toujours beaucoup sous-estimer les risques de piratage.

Il y a

  

le

 
© Pexels

Rien n’a changé ou presque. Lors de la campagne de 2016, les scandales liés à la cybersécurité se sont multipliés aux États-Unis. Le parti démocrate et sa candidate ont été victimes de piratages qui leur ont coûtés très cher. Depuis, il n’est pas rare d’entendre parler de tentatives plus ou moins réussies de la part de puissances étrangères. Nous vous parlions notamment de ce groupe lié à l’Iran qui aurait essayé de pirater des responsables politiques américains.

Face à de telles menaces, on pourrait s’attendre à une réaction et ça n’est pas vraiment le cas. Selon un sondage Harris mené auprès de 500 décideurs du pays et comprenant principalement des politiques mais aussi des journalistes et certains activistes, 60 % des décideurs n’ont pas amélioré leur cybersécurité.

Dans le détail, seulement 50 % des hommes politiques ont recours à des clés de sécurité. 66 % ont pris des mesures de sécurité pour les connexions qui vont au-delà du simple mot de passe. C’est mieux, mais en dessous de la moyenne américaine : 69 %.

Des politiques toujours un peu réticents

Comme le souligne le MIT Technology Review, cette négligence est assez redoutable pour des personnes souvent très ciblées par les hackers. L’utilisation de clés de sécurité est une des mesures les plus conseillées pour protéger un compte. Ainsi, depuis le recours à ce type de technologie par les employés de Google en 2017, aucun cas de phishing n’aurait été répertorié au sein de l’entreprise.

Comment expliquer l’attention si faible portée par les hommes politiques aux questions de cybersécurité ? Ces derniers ne sont finalement pas différents du reste de la population et n’ont que rarement conscience des risques ou des dangers. Ils peuvent également craindre la mise en place de dispositifs trop stricts et handicapants pour leurs équipes de campagne.

Il n’est semble-il pas toujours facile de concilier une campagne électorale à l’échelle de cinquante états tout en sécurisant ses données de manière adéquate. Le responsable de la cybersécurité de Pete Buttigieg, Mick Baccio, vient ainsi de rendre sa démission. On ne connaît pas les raisons exactes de son départ mais il évoque des « différences de conception philosophiques » concernant la politique de sécurité de l’information. Conscient des menaces, le candidat démocrate à la présidentielle a toutefois annoncé qu’il allait recourir aux services d’une autre entreprise.

Antivirus Bitdefender Plus
Par : Bitdefender
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus Cyber-sécurité

Bons plans VPN

Les meilleurs VPN