Le « croisement intelligent » de Honda, pour voir dans les coins

Honda travaille sur un dispositif de « croisement intelligent » qui préfigure ce que la technologie pourrait apporter à la sécurité routière.

intersection intelligente honda

Photo : Roberto Baldwyn – Engadget

On est très loin des discours idéologiques fondés sur le seul argument de la vitesse et des quatre-vingt kilomètres heure appliqués aveuglément sans tenir compte du contexte ni du terrain.

Voici une démonstration de ce que pourrait être une cité intelligente, et surtout, une politique de sécurité routière vraiment intelligente : l' »intersection intelligente » de Honda à Marysville, dans l’état de l’Ohio (où se trouve une usine de fabrication de véhicules Honda) aux USA, permet aux voitures de voir par avance ce que le conducteur n’a pas encore vu.

En plaçant des caméras au-dessus des feux de circulation sur la 5e avenue de la ville et la jonction principale, Honda a construit une intersection intelligente qui avertit les conducteurs des risques potentiels. Des caméras grand angle surveillent les routes menant à l’intersection et reconnaissent les piétons, les voitures et les véhicules d’urgence. Les données sont alors diffusées et projetées sur des écrans tête haute spécialement construits et installés dans vingt véhicules pilotes conduits initialement par des employés de Honda.

Ce nombre pourra éventuellement être porté à quelques centaines de voitures à mesure que le constructeur étudiera les données qu’il recueille à partir des incidents survenus à l’intersection. Un programme qui fait partie de la recherche du constructeur automobile sur la réduction des blessures et des décès, d’une voiture à l’autre et d’une voiture aux piétons, aux cyclistes et aux motocyclistes, et qui est fondé sur les différents flux de communication entre les acteurs et dispositifs impliqués dans la mobilité. Car ce qu’on appelle communément et de façon parfois un peu réductrice « voiture connectée » couvre bien davantage de domaines que le seul fait d’avoir un système d’info-divertissement embarqué relié à internet. Le sujet aujourd’hui dépasse le simple cadre de la voiture pour s’inscrire dans une réflexion plus globale dans tous les modes de déplacement : la voiture doit communiquer via internet pour recevoir des données, mais également pour pouvoir dialoguer avec d’autres véhicules, avec les piétons, avec les infrastructures, la météo, etc.

> Lire aussi :  Nomad crée une borne de recharge à induction pour le Tesla Model 3

Les constructeurs en pointe dans la sécurité… loin devant les politiques

Honda n’est pas le seul constructeur automobile à faire des recherches sur les voitures qui parlent à l’infrastructure. À Las Vegas et à Washington, D.C., Audi a travaillé avec ces villes pour équiper les intersections dont les feux de signalisation se synchronisent avec ses autos. Mais ces constructeurs automobiles ne sont pas responsables des infrastructures. Même si l’on sait que la baisse importante de mortalité routière au cours des trente derniers années est en grande partie imputable aux progrès accomplis par les constructeurs et la technologie (et pas seulement à la multiplication des radars comme voudrait nous le faire croire la propagande officielle), il faut une impulsion politique pour pouvoir mettre en œuvre ce genre de dispositif à grande échelle. Mais avant de faire quoi que ce soit, l’industrie et les organismes de réglementation doivent s’entendre sur la façon dont cela se fera, avec si possible des standards communs qui éviteraient que chaque édile local décide dans son coin.

> Lire aussi :  Porsche investit 69 millions d'euros dans une startup spécialisée dans la réalité augmentée

Entre-temps, il existe des programmes pilotes dans des villes comme Marysville, en Ohio. Honda sait que ce n’est qu’un petit pas vers une infrastructure plus intelligente qui réduit les collisions. Pour que les rues soient plus sûres pour tout le monde, les villes et les constructeurs automobiles doivent travailler ensemble, et le chantier qui s’ouvre est monumental.

C’est certes un peu plus ardu (et subtil), et cela demande probablement un peu plus d’intelligence et de courage que de poser des radars partout.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.