Connect with us

Actualités

Les voitures autonomes ne vont pas régler les embouteillages

Et attention, ce n’est évidemment pas notre avis mais celui d’Audi, qui estime que cette technologie pourra fluidifier le trafic, mais que dans le cas des embouteillages, il faudra malgré tout prendre son mal en patience. Petite explication…

Il y a

le

Les voitures autonomes ne vont pas régler les embouteillages

Des meilleurs conducteurs certes…

Ce n’est pas vraiment un mystère. Sauf incroyable tremblement de terre économique ou social, la voiture de demain sera autonome. La quantité d’entreprises qui se positionnement actuellement sur le sujet en est une preuve suffisante.

Sur le papier, il faut dire que c’est séduisant. Du temps libre qui peut être occupé différemment par les conducteurs, des véhicules bourrés de technologie… Bonus non négligeable, ces voitures mettent aussi souvent l’accent sur le coté électrique, on devrait donc moins polluer. Mais surtout, c’est la promesse de meilleurs conducteurs nous. Bien sûr, l’accident mortel d’une voiture autonome en Arizona incite à ce niveau à la plus grande prudence. Mais si les véhicules passent autant de temps sur les routes, c’est aussi pour apprendre.

Le problème, c’est peut-être qu’on est un peu en train de dresser un véritable piédestal aux voitures autonomes en même temps.

… mais ce n’est pas suffisant selon Audi

Audi est actuellement en tain de faire son événement Audi Charged. L’occasion pour la marque de présenter le véhicule très attendu Audi e-tron Quatttro. Si le véhicule est très attendue, la marque aimerait bien que l’on enlève cette étiquette de « Messie » des routes à nos futurs véhicules autonomes.

> Lire aussi :  Waymo prévoit de lancer son service de voitures autonomes sous peu

Avec l’université de Kalrushe, la marque allemande essaie de voir comment il sera possible de réduire nos temps dans les transports routiers. Principal enseignement ? Une circulation avec 100% de véhicules autonomes permettraient de réduire les temps moyens d’un tiers. Et ce même s’il y a 10% de véhicules en plus. Mais, on est encore très loin de cette situation.

Pour améliorer les choses à court terme, il faut d’abord penser en termes de villes intelligentes. Avoir des feux adaptés à la circulation et pas branchés de façon automatique par exemple. Bien entendu, augmenter le nombre moyen de passagers par voiture est aussi une évidence. Cet outil imaginé par Audi permet de faire les tests. La qualité du trafic du futur ne dépends donc pas des voitures autonomes, mais de leur environnement. On vous laisse découvrir cet outil de test…

Source

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Olivier Pons

    18 septembre 2018 at 10 h 03 min

    Personnellement, si je reste 45 minutes dans un embouteillage, mais que je peux allumer mon PC et travailler, je m’en moque totalement que cela dure 45 minutes et que les embouteillages soient toujours là. Ce n’est pas leur objectif premier….

  2. Sammakko

    18 septembre 2018 at 10 h 28 min

    Le titre est exagéré par rapport au contenu de l’article, pour plusieurs raisons :
    – Audi reconnaît bien que « une route avec 100% de véhicules autonomes permettraient de réduire les temps moyens d’un tiers », même avec 10% de véhicules en plus.
    – sur une hypothèse 100% de voitures autonomes et intelligentes (qui communiquent entre elles) sur la route, on n’a plus besoin de feux aux intersections. Voir la vidéo « The Simple Solution to Traffic » sur youtube qui explique bien celà
    – le texte sous le simulateur Audi précise qu’à partir de 40% de véhicules autonomes sur les routes d’Ingolstadt, on observe une amélioration du traffic. Tout n’est donc pas si noir ou blanc.
    – Audi base son étude et son simulateur sur une seule ville de taille moyenne (135 000 habitants). C’est tout au plus une indication sur l’impact modéré des véhicules autonomes sur des villes de cette taille. Mais on ne peut pas tirer de conclusion à plus grande échelle à partir d’une seule ville, et surtout pas pour les grandes métropoles dans lesquelles les problèmes de circulation sont à une plus grande échelle. Notamment il y a plus de routes à plusieurs voies, ce qui génère aussi des embouteillages à cause des changements de file intempestifs (voir la même vidéo sur Youtube).
    – le nombre moyen de passagers par véhicule ne dépend pas de l’autonomie ou non du véhicule, donc le dernier argument ne contribue pas au débat sur les véhicules autonomes.
    Enfin, il faudrait peut-être aussi éviter les arguments d’autorité du style « c’est Audi qui le dit donc on peut y croire ». L’histoire des technologies est remplie d’exemples de géants et leaders technologiques qui ont manqué le coche sur des nouvelles technologies (exemples : Internet, Nokia et les smartphones… etc…).
    Je suis Presse-Citron depuis des années. Il y a maintenant de nombreux rédacteurs. Si je peux me permettre une suggestion, ce serait d’en profiter pour prendre plus de recul, présenter les sujets sous plusieurs points de vue, paufiner un peu plus les articles avant publication. Plutôt que de parfois juste reformuler des articles publiés ailleurs ou ne présenter un sujet que par un seul point de vue, forcément biaisé. Ou alors moduler un peu plus en disant « ce n’est que l’avis de Audi », ne pas ériger de vérité intangible à partir d’une petite étude.

  3. CHL17

    18 septembre 2018 at 16 h 22 min

    À partir du moment où les véhicules seront autonomes donc relativement plus fiables et plus sûr que la conduite humaine, on verra apparaitre des services de transports à la demande sans chauffeur où d’un simple clic sur son application smartphone, un véhicule s’arrêtera devant chez soi pour nous amener à destination. Dans ce cas, bon nombre de propriétaires actuels de voitures (stationnants au garage la plupart du temps) n’auront plus intérêt à conserver leurs véhicules. Le nombre global de voiture devrait donc diminuer surtout en ville ainsi que ceux en circulation car il sera rentable d’emporter le plus possible de passagers sur un itinéraire donné. En outre, hormis le temps de rechargement des batteries, rien ne s’opposera à ce que ces voitures autonomes « travaillent » jour et nuit au contraire.

  4. Nino

    19 septembre 2018 at 1 h 05 min

    La qualité de cet article n’est absolument pas digne de presse citron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests