Suivez-nous

Fintech

6 mois après son lancement, cette fintech française lève 13 millions d’euros

Numeral est le nouveau bébé du startup studio français Logic Founders, spécialisé dans les fintech.

Publié le

 
Numeral fintech paiement
© Numeral

Le PDG de Qonto, Alexandre Prot, mais aussi Tom Blomfield de chez Monzo et Guillaume Princen de Stripe, viennent d’investir dans le premier tour de table de Numeral, une startup née il y a six mois à peine. Sous l’égide de Logic Founders, la branche fintech de eFounders lancé par Thibaud Elzière, cette nouvelle fintech s’est lancée en voyant une opportunité du côté de l’automatisation des paiements pour les entreprises.

Édouard Mandon et Hichem Mâalmi sont les deux cofondateurs de l’entreprise et possèdent une expérience dans le monde bancaire. Édouard Mandon chez Ibanfirst, et Hickel Mâalmi chez la néobanque pro Qonto et la banque en ligne de Boursorama. De 10 employés, ils souhaitent se renforcer pour atteindre un effectif de 40 personnes. Au coeur de leur produit, une API et une application à destination des entreprises… et des banques ?

Record pour une fintech française

En substance, Numeral se place en intermédiaire entre les entreprises et leur banque pour automatiser les paiements. Un créneau sur lequel peu d’acteurs ont encore mis les pieds, malgré l’intérêt. La solution, sous la forme d’une API et d’une application web, est un portail où les clients peuvent configurer leurs prélèvements et virements en direction de tel ou tel partenaire et fournisseur. Selon la startup, en Europe en 2020, les opérations bancaires des entreprises ont représenté plus de 196 trillions d’euros.

Numeral paiement finrech

© Numeral

Pour sa première levée de fonds, la fintech a inscrit le record français du montant le plus élevé, avec 13 millions d’euros injectés. Une réussite à la fois pour elle et pour le startup studio Logic Founders, lancé il y a moins d’un an, et qui accompagnait ses toutes premières jeunes pousses (imaginées et pitchées en interne). “Je connais Camille Tyan depuis 2017. En janvier, il annonçait le lancement de Logic Founders et le premier thème était celui de l’orchestration de paiement. Un domaine en cohérence avec l’idée de Numéral”, expliquait Édouard Mandon à Presse-citron.

Pendant encore quelques mois, malgré cette première levée de fonds, Logic Founders continuera d’épauler l’équipe de Numéral. Tout est allé vite. Le produit n’a même pas encore été lancé. D’ailleurs, Édouard Mandon révélait à Presse-citron avoir déjà signé avec deux clients : la licorne montpelliéraine Swile et Spendesk, une startup lancée avec eFounders en 2016. De quoi se lancer avec “de très beaux produits et déjà de gros volumes de paiement”.

Trois banques françaises partenaires en 2022

Un tel produit sera, à coup sûr, très demandé. Et contrairement à d’autres services en intermédiaires aux banques dans le paiement, l’automatisation des opérations offrait encore une opportunité que les banques et néobanques n’avaient pas saisie. “Les banques ne sont pas des boîtes tech, elles ont beaucoup de mal à délivrer des logiciels en connectique bancaire. Quant aux néobanques, elles sont plus limitées sur la partie produits et services financiers, pour des questions réglementaires”, détaillait le cofondateur.

Au premier trimestre, lors du lancement officiel du produit, Numéral proposera “deux à trois banques françaises” pour automatiser les paiements. Qonto pourrait faire partie de l’une des trois, et la Société Générale aussi – mais rien d’officiel encore sur ce point. Toujours de façon pressée, la startup vise déjà à proposer une intégration avec des banques étrangères, notamment en Angleterre et en Allemagne, mais aussi en Espagne et en Italie.

Quant aux recrutements, les besoins en développeurs et ingénieurs en sécurité pousseront Numéral à renforcer ses équipes. Mais pour voler de ses propres ailes et ne plus compter que sur l’aide de Logic Founders et eFounders, “la seconde priorité sera de construire l’ensemble des autres branches de l’entreprise à savoir le marketing, la vente, le recrutement, la finance, etc”, terminait par signaler Édouard Mandon. Une invitation à soumettre sa candidature, dans la nouvelle fintech française la plus pressée du moment.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *