Suivez-nous

Fintech

Orange Bank a deux ans, un bilan en demi-teinte ?

La banque mobile va devoir redoubler d’efforts. Son arrivée sur le marché n’a pas été aussi réussie qu’attendu, mais les ambitions restent intactes.

Il y a

  

le

 
Orange Bank
© Orange Bank

2 millions de clients d’ici 10 ans. Voilà ce à quoi nous devons toujours nous attendre avec Orange Bank, selon ses dires en 2017, renouvelés aujourd’hui. À l’occasion de ses deux ans, la banque mobile a programmé le 26 novembre prochain une conférence, qui nous permettra d’en savoir plus sur la stratégie de la filiale de l’opérateur mobile dans les années à venir, notamment à l’étranger.

À ses débuts, Orange Bank voyait grand. Il s’agissait selon Groupama (coactionnaire) et Orange, du « Free de la banque », qui viendra marquer « une vraie offre de rupture », jusqu’à « ringardiver » les banques traditionnelles. Seulement, Orange Bank n’est pas non plus complètement un nouvel acteur de la fintech, faisant partie de ces nouvelles néobanques. Et malgré l’arrivée de 20 000 nouveaux clients tous les mois, l’institution bancaire accuse des pertes toujours conséquentes depuis ses débuts. L’équilibre n’est d’ailleurs annoncé que pour 2022/2023, alors que le coût d’acquisition par client est aujourd’hui de 180 euros.

Banque en ligne : 44% des clients l’utilisent comme leur banque principale

Orange Bank, au rythme d’une startup

Le bilan financier de ces 9 premiers mois de 2019 est sensiblement proche de celui depuis 2017 et 2018 : 115 millions d’euros de pertes, s’additionnant aux 262 millions d’euros recensés sur l’ancienne période. Une santé économique similaire aux startups, investissant énormément pour pouvoir souhaiter un équilibre prospère une fois que la société aura réussi à bien se positionner sur le marché.

Orange Bank

© Groupama

Parmi les dépenses d’Orange Bank, on retrouve en grande partie une stratégie tournée sur l’international. L’institution a dévoilé il y a quelques jours qu’elle s’implantera bien en Espagne avec une nouvelle offre bancaire, s’ajoutant à sa présence en Roumanie, avec une offre de carte bancaire et de crédit. À plus long terme, Orange Bank s’implantera également en Afrique, là où elle a déjà obtenu sa licence bancaire, tout comme une base de plus de 40 millions de potentiels clients, qui utilisent déjà Orange Money, un service de transfert d’argent. Son arrivée est prévue pour le second semestre 2020 selon l’Agefi.

Visiter Orange Bank

De nouvelles offres de crédit en France

La banque mobile de l’opérateur téléphonique se positionne entre une néobanque (sur le modèle de la banque en ligne, tel que Hello Bank! et ING) et une banque traditionnelle. Son placement ressemble à celui sur lequel la Banque Postale souhaite également se positionner : avec sa nouvelle offre « Ma French Bank », le service digital se base sur les infrastructures physiques de la société, tout comme Orange le fait avec son réseau de boutique et de franchisés. Demain, Free pourrait aussi faire de même, mais attend encore de voir comment le marché et ses acteurs se comportent.

En tout cas, Orange Bank souhaite bien profiter de ce positionnement, malgré le fait qu’il puisse ne pas sembler très clair pour ses potentiels clients. La banque souhaite profiter du meilleur des deux mondes, en surfant sur l’aspect mobile avec son offre 100 % digitalisée et simple à souscrire, tout en proposant de vraies structures pour échanger.

Boursorama, Fortuneo, ING : quand la banque en ligne répond aux néo-banques

Les avantages de la banque traditionnelle sont un fer de lance pour Orange Bank : désormais, une nouvelle offre de crédit immobilier va faire son arrivée dans sa gamme de service, s’additionnant aux contrats de crédit à la consommation (solution de financement de smartphone notamment) et de crédit auto. Cliquez ici pour découvrir notre article lié au nouveau crédit immobilier d’Orange Bank.

Visiter Orange Bank

En 2020, des offres d’assurance prendront également place chez Orange Bank. L’institution s’appuiera certainement encore sur Groupama pour se lancer, mais deviendra bien un coursier en assurance, qui se spécifiera pour le moment à la téléphonie : son assurance couvrira les vols et les casses de terminaux.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *