Suivez-nous

Actualités

Voilà ce que va payer Uber pour ses victimes d’harcèlement sexuel

Les victimes d’harcèlement sexuel et de représailles sur le service d’Uber vont être prises en charge. Le géant californien devra également prendre des mesures pour faire respecter sa politique.

Il y a

  

le

 
Super App Uber Paris
© Unsplash / Austin Distel

Finalement, Uber a accepté de collaborer avec l’US Equal Employment Opportunity Commission (EEOC), qui menait une enquête sur la plateforme de réservation de courses urbaines depuis 2017. Derrière ses trois années de surveillance, une accusation. Une affaire d’harcèlement sexuel et de représailles au nombre de 6000 depuis deux ans, recensés sur le service d’Uber, et qui a éclaté dans la presse le 6 décembre dernier.

Pour dédommager ces victimes, qu’elles travaillent avec Uber ou qu’elles soient des clients, Uber va donc devoir payer. L’EEOC a fixé le montant à 4,4 millions de dollars, et Uber vient d’accepter la note ce mercredi 18 décembre 2019, selon un communiqué de presse. Désormais, la plateforme devra cibler les personnes à indemniser, ainsi qu’à créer de nouveaux moyens pour faire respecter la politique de la société.

Uber « collaboratif » dans l’enquête

Dans un communiqué officiel, la commission de l’EEOC a félicité le travail collaboratif de la part d’Uber dans ce dossier. Pourtant, la société n’a pas toujours été aussi disponible, et l’EEOC la juge d’ailleurs coupable des dérives occasionnées en termes d’harcèlements sexuels notamment.

Le règlement d’Uber de 4,4 millions de dollars vient clore l’affaire, mais les conclusions ont de quoi être mauvaises pour l’image de la société de VTC. L’enquête mentionnait qu’elle « avait trouvé des motifs raisonnables de croire qu’Uber autorisait une culture de harcèlement sexuel et de représailles contre les personnes qui se plaignaient d’un tel harcèlement, en violation du titre VII du Civil Rights Act de 1964 ».

L’affaire qui a éclaté dans la presse a de quoi mettre une nouvelle fois à mal l’image de Travis Kalanick, l’ancien PDG d’Uber, et cofondateur. Ce dernier, qui été en fonction au moment de la période surveillée, s’attire ainsi les foudres de guerre. L’homme avait quitté ses fonctions en juin 2017, mais reste encore membre du conseil d’administration.

Uber va indemniser les victimes et revoir sa politique

Désormais, la mission de l’EEOC sera de cibler l’ensemble des personnes estimées comme victimes. Pour cela, la commission américaine se basera sur les personnes qui déclarent « avoir subi du harcèlement sexuel et/ou des représailles connexes après le 1er janvier 2014 ». Elle contactera ainsi l’ensemble des individus ayant travaillé avec Uber depuis cette date et jusqu’au 30 juin 2019. Ces derniers pourront soumettre une déclaration en utilisant le questionnaire qui sera proposé à chacun.

Pour identifier les personnes coupables dans cette affaire et travaillant avec la société, l’EEOC compte sur Uber directement pour se charger de trouver une solution. Dans un communiqué, la firme a indiqué qu’elle allait mettre en place « un système pour identifier les employés accusés d’harcèlement », décrivait Lauren Feiner, journaliste à CNBC. Cet outil devrait arriver « en temps opportun » selon Uber.

Pour la suite, afin de soigner son image et montrer sa prise en charge de l’affaire, Uber a embauché un ancien de l’EEOC pour surveiller l’activité de l’entreprise pendant les trois prochaines années. La commission tient à ce que son enquête ait de bonnes répercussions pour la suite, que ce soit chez Uber ou chez les autres sociétés. Cette affaire « tient Uber responsable et, à l’avenir, positionne l’entreprise pour innover et transformer l’industrie de la technologie en élaborant des mesures efficaces contre le harcèlement sexuel et les représailles », s’exclamait la commissaire de l’EEOC, Victoria Lipnic.

Uber
Par : Uber Technologies
4.2 / 5
7,5 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests