Suivez-nous

Auto-Moto

Tesla devient le plus gros vendeur de voitures électriques

Désormais, les ventes de voitures électriques par Tesla sont plus importantes que celles de BYD, son principal concurrent venant de Chine.

Il y a

  

le

 
Tesla Model 3
© Unsplash / Vlad Tchompalov

C’est une histoire passionnante, mais aussi un joli cas d’école, entre deux marques aux stratégies de déploiement totalement différentes. Au mois d’octobre, les ventes cumulées par Tesla auraient dépassé celles de BYD, une société chinoise originaire du marché des batteries, notamment fournisseur de Samsung, Motorola et Nokia.

En 2018, BYD était encore en tête des ventes de véhicules électriques, avec 248 000 unités vendues pendant l’année. Mais l’étau se resserrait, alors que Tesla indiquait avoir écoulé 245 000 exemplaires de sa gamme, encore limitée à trois modèles.

Tesla prend la tête de sa catégorie

La croissance des deux constructeurs a été exponentielle, mais les records de ventes de Tesla ont eu le dernier mot. Dans une vidéo publiée sur Youtube, l’analyste canadien Kevin Rooke a dévoilé que Tesla avait bel et bien dépassé BYD, plaçant ainsi la firme de Palo Alto sur la première marche du podium des ventes de voitures électriques.

tesla ventes

© Kevin Roose

Comme vous pouvez le découvrir dans le tableau ci-dessus, les ventes cumulées de Tesla ont commencé à dépasser celles de BYD, avec 807 954 véhicules électriques livrés jusqu’en octobre 2019, tandis que BYD a écoulé 787 150 véhicules à ce jour. Pour constituer son graphique, Kevin Rooke s’est basé sur les données du site ev-volume.com.

Point important à noter : les ventes de BYD concernent également ses modèles en hybrides rechargeables (PHEV), alors que Tesla ne propose que des voitures 100 % électriques. Toutefois, Kevin Rooke s’est penché sur le détail des volumes de ventes chez BYD, et a remarqué que la part des hybrides chez le constructeur chinois avait tendance à se réduire considérablement ces derniers trimestres. Un moyen de constater l’élan de plus en plus important des clients vers les voitures électriques, peut-être l’un des seuls marchés automobile actuellement dans le vert.

BYD ventes ev

© Kevin Roose

Un duel, deux stratégies

Analyste et youtubeur, Kevin Rooke a profité de l’actualité pour mettre en avant l’histoire passionnante de ces deux marques, pour qui la stratégie de pénétration du marché fut totalement différente.

Depuis son arrivée en 2008 avec le Roadster (son premier modèle) Tesla a commencé par la production de modèles réservés à une clientèle plutôt aisée. Il a fallu attendre plusieurs années avant que le Model 3 vienne élargir la clientèle de la marque, dont l’offre se limitait encore aux Model S et Model X. D’un point de vue stratégique néanmoins, les perspectives internationales furent très vite prises, et les ventes commencèrent à gonfler avec une clientèle venant du monde entier.

Chez BYD, le marché chinois était une priorité. Le constructeur a d’abord souhaité se focaliser sur la demande locale, ce pourquoi la marque reste globalement méconnue du public européen. De sa position de leader en Asie, Tesla fut assez freiné. Les réglementations protectionnistes, inscrites dans une situation de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, n’ont pas aidé.

Depuis, Tesla a lancé sa « gigafactory 3 », une usine de production basée près de Shanghai. Celle-ci a ouvert en 2018, et devrait permettre à Tesla de réussir à faire sa place en Chine, à domicile de BYD. En fin d’année 2021, la quatrième usine de Tesla débutera sa carrière en Europe, alors que nous venons d’apprendre que « Gigafactory 4 » verra le jour près de Berlin en Allemagne.

Autre point de comparaison, la diversification de la gamme de produits. Un sujet significatif pour comparer les stratégies opposées entre Tesla et BYD. Comme nous vous le mentionnions, la production automobile de BYD fut loin d’être son activité principale à ses débuts. Fondée en 1995, ce n’est qu’en 2003 que la firme a commencé à s’y pencher, après le rachat de Qichuan Automobile Company. Depuis, elle a choisi de jouer la carte de la diversité, en proposant des camions, bus, tout comme son activité principale : la production de batterie.

Une histoire opposée avec celle de Tesla : ce n’est qu’après avoir atteint un certain seuil de rentabilité que la marque commence à peine à élargir son offre, en produisant un camion, un pickup (doit-on encore présenter le Cybertruck ?), et en développant son activité dans le stockage énergétique pour les habitations et les panneaux solaires.

Une histoire qui devrait continuer à nous surprendre. Désormais, BYD et Tesla pourraient former la nouvelle dualité d’un secteur automobile encore tout jeune, en attendant de voir comment ces deux marques accueilleront l’arrivée des constructeurs généralistes, tels que Volkswagen et BMW.

On a cherché à comprendre le style du nouveau Tesla Cybertruck

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. dugudu

    7 décembre 2019 at 12 h 16 min

    Etonnant, pas un mot sur Renault / Nissan qui avait écoulé 725 000 véhicules électriques en cumul 2010 en janvier 2019. Ce qui les places au coude à coude avec Tesla, et devant BYD en ZE pur.

  2. Wirmish

    7 décembre 2019 at 17 h 02 min

    Et si on refaisait le graphique en calculant la valeur des véhicules électriques vendues par les 2 compagnies?

    • Jean

      8 décembre 2019 at 12 h 15 min

      Le plus gros de pas grand chose c’est effectivement le plus gros mais ça représente rien dans la globalité.

  3. Rod29

    9 décembre 2019 at 9 h 59 min

    Bientôt le plus gros vendeurs de voitures tout court…y’a pas à tortiller !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests