Suivez-nous

Sciences

Coronavirus : la technologie peut-elle nous sauver ?

Les technologies issues de la révolution numérique peuvent-elles nous aider à sortir de la crise du coronavirus ?

Il y a

  

le

 

Par

La high-tech, le numérique, internet nous ont donné en deux décennies un sentiment de toute puissance, un peu comme les super héros d’Hollywood auxquels rien ne résiste et qui sauvent le monde régulièrement, les doigts dans le nez, et sur une jambe. Pourtant, à l’heure du coronavirus nous sommes démunis, on comprend que les super héros n’existent pas, que la techno ne peut pas tout, et c’est pour certains une sorte de désillusion. Cela étant, il existe quand même de nombreux cas de recherches et innovations qui vont peut-être nous aider à gérer la crise, voire à en sortir. Voici 5 exemples concrets qui nous permettront d’y voir un peu plus clair sans tomber dans le solutionnisme.

1 – Un moteur de recherche sur le COVID-19 à base d’IA

Le moteur de recherche médical Mendel a réuni un groupe de travail composé de plus de 50 scientifiques, médecins et experts cliniques spécialisés dans l’IA pour traiter le COVID-19 avec l’intelligence artificielle clinique. L’objectif est de répondre aux questions clés et de corroborer les résultats plus rapidement et avec plus de précision en absorbant les enseignements de la littérature médicale et en les croisant avec les données des dossiers médicaux électroniques (DME) des patients COVID-19. Mendel peut répondre à des questions clés telles que Que savons-nous des traitements potentiels ? Que savons-nous des facteurs de risque de COVID-19 ? Qu’est-ce qui a été publié sur la transmission asymptomatique ? Que savons-nous sur les différentes souches de virus ?

2 – Les wearables qui détectent les symptômes

Des chercheurs de l’Institut des neurosciences Rockefeller de l’Université de Virginie occidentale travaillent actuellement avec Oura, une entreprise de bagues intelligentes, sur un système qui peut aider à ralentir la propagation de COVID-19. Le projet envisage d’utiliser un système de prévision à base d’IA, qui permettra de prévoir les symptômes de la fièvre, de la toux ou de la fatigue, semblables à ceux du virus. Le système peut même produire des symptômes 24 heures avant qu’ils ne se manifestent. La bague intelligente est également utilisée par les chercheurs pour surveiller tout changement de température et différencier si les changements proviennent de COVID-19 ou du stress ou de l’anxiété.

Il y a aussi la ScanWatch de Withings et l’Apple Watch qui sont capables de mesurer le taux de saturation en oxygène du sang pour aider au suivi de l’état de santé et du stress respiratoire des patients atteints de Covid-19 qui sont maintenus à domicile. Les deux sociétés attendent les certifications nécessaires à la mise sur le marché.

3 – L’application de traçage

Apple et Google travaillent ensemble au développement d’une application mobile de suivi des malades du Covid-19 et d’alerte des personnes qui ont été potentiellement en contact rapproché avec elles. Grâce au Bluetooth, l’app (qui est en fait une API) pourra à la fois notifier une personne qui a été en contact avec un porteur du coronavirus, l’objectif étant de faire la différence entre les personnes qui se sont juste croisées « de loin » (c’est à dire à une distance normalement sans risque de contamination) et celles qui auront vraiment été à proximité pendant une certaine durée. Il y aura aussi l’app française officielle StopCovid.

4 – Facebook va partager des données anonymisées avec des équipes de chercheurs

Facebook a annoncé récemment qu’elle étendait son programme Data for Good, mis en place en 2017, pour fournir à des équipes de chercheurs dans le monde entier des jeux de données issus du réseau social. En complément de cartes des mouvements de population, déjà accessibles à certaines organisations non gouvernementales (ONG) et associations, des données sur les longueurs moyennes de déplacement seront partagées, ainsi que des cartes « sociales », détaillant les liens entre habitants de différentes régions, qui peuvent, affirme Facebook, aider à prévoir où de prochains pics épidémiques pourraient se produire.

5 – Tesla, Dyson et Raspberry pour les respirateurs artificiels

La crise du COVID-19 a provoqué une forte demande de respirateurs artificiels. Et visiblement, la fondation Raspberry Pi va jouer un rôle essentiel pour satisfaire cette demande. En effet, vu le risque de pénurie, des entreprises et des chercheurs développent de nouveaux modèles qui sont à la fois faciles à fabriquer et pas chers. Et certains de ces modèles utilisent le Raspberry Pi Zero, l’un des micro-ordinateurs de la fondation, pour la puissance de calcul. Avec son processeur 1GHz Broadcom BCM2835 avec 512MB de RAM, le Raspberry Pi Zero ne coûte que 5 euros, mais serait suffisamment puissant pour contrôler un respirateur artificiel.

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a bien saisi la force de ce processus et a décidé de s’équiper en urgence de 60 imprimantes 3D. Les Hôpitaux de Paris ont choisi le fabricant américain Stratasys, et ont investi 2 millions d’euros dans cette batterie d’imprimantes. Les 60 appareils ont été installés à l’hôpital Cochin et vont servir à imprimer du matériel médical, que ce soit des visières de protection ou encore des pièces spécifiques pour les respirateurs.

Dyson, de son côté, a inventé en quelques semaines un nouveau type de respirateur et lance la production.

Il y a aussi le respirateur artificiel Tesla, principalement piloté par le système informatique du Model 3. Le respirateur Tesla utilise l’écran tactile du tableau de bord comme interface utilisateur pour la surveillance et la carte mère présente dans les véhicules comme système informatique principal qui permet d’actionner des valves afin de contrôler le flux d’air envoyé par le respirateur.

La techno seule n’a pour le moment pas fait de miracle, et elle n’en fera peut-être jamais. Mais, avec les moyens mobilisés, financiers et humains, et la capacité de certaines firmes à grouper leurs efforts, elle va certainement aider à franchir une étape, notamment lors de la phase délicate du déconfinement.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests