Suivez-nous

Paiement sans contact par carte : le guide A-Z en 2020

En 5 ans, le paiement sans contact par carte bancaire a connu une vraie résolution. Contre 200 millions de transactions en 2015, le chiffre a été multiplié par 10 en 3 ans, pour finalement atteindre 2 milliards de transactions par carte sans contact en 2018.

Cette tendance n’est pas prête de s’arrêter, et la crise sanitaire actuelle n’a fait que renforcer son développement. Aujourd’hui, les banques émettent dans la majorité des cas qui bénéficient du paiement sans contact intégré, et le plafond de paiement est progressivement relevé. Au mois de mai 2020, le plafond a été relevé de 30 à 50€ pour répondre aux gestes barrières avec la pandémie. Cette évolution était toutefois dans les tuyaux même avant le confinement.

Carte bancaire sans contact

© Visa

Les banques incitent à utiliser le « sans contact »

Pendant longtemps, les terminaux de paiement mobiles des commerçants n’étaient pas compatibles avec le paiement par carte sans contact. Il n’y avait donc pas le choix que de taper son code PIN sur la machine après avoir inséré sa carte bancaire dans la fente. Pour soutenir le développement des paiements dématérialisés (au détriment de l’argent liquide, plus onéreux pour l’État), il a donc été convenu de faciliter le paiement sans contact pour des montants plus faibles.

En l’espace de quelques années, la majorité du million de terminaux de paiement en circulation supportent cette technologie NFC. Aujourd’hui, les terminaux compatibles affichent un pictogramme « sans contact » lorsqu’ils supportent la technologie (voir image ci-dessous). Au début, les français ont plutôt été réticents à l’arrivée de la carte bancaire sans contact. Pour réaliser une transaction avec une carte sans contact, il faut que la carte elle-même soit imprimée du pictogramme « sans contact ».

Au fil des années, cette solution s’est progressivement développée et les français s’y sont adaptés. Depuis le confinement, entre le paiement par carte sans contact et le paiement mobile, l’argent liquide perd assez rapidement sa place. Cela dit, les banques permettent toujours à leurs clients de désactiver le paiement sans contact de leur carte bancaire depuis leur espace personnel auprès de la banque. Dans le cas de la banque en ligne ING et de sa carte bancaire, elle a renouvelé tout son parc de cartes bancaires en 2017 avec le paiement sans contact.

Cette même année, une étude publiée par le GIE Cartes Bancaires affirmait que 10% de toutes les transactions par carte bancaire avaient été réalisées « sans contact » (1,2 milliards sur 12 milliards de transactions). Par ailleurs, le ticket moyen était de 10€ pour ces opérations avec la technologie NFC.

En revanche, le paiement sans contact par smartphone (et non par carte) met plus de temps à se développer. En 2017, 4 à 5 millions de transactions ont été réalisées par ce biais. Cela dit, en 2019, le volume a été multiplié par 4 pour atteindre 794 millions d’euros. Cela reste encore très loin des 600 milliards d’euros de transactions qui ont été réalisées par carte classique en 2019.

Sans contact Mastercard

© Mastercard

Le plafond relevé au fil du temps

Avec le paiement sans contact, c’est toute une industrie qui a du s’adapter. A l’origine, les commerçants ne voyaient pas le paiement par carte bancaire sans contact d’un très bon oeil. En effet, les commissions facturées par l’émetteur du TPE sur les petites transactions leur coûtait proportionnellement trop cher. Les opérateurs ont finalement été contraints par le gouvernement de réduire leurs marges, pour soutenir le développement du paiement sans contact en France.

Avant 2017, le montant maximal que l’on pouvait régler « sans contact » était de 20€ par transaction. C’est une façon rapide et sécurisée de régler ses petits achats, sans avoir à taper le code PIN. Depuis fin 2017, ce plafond a été relevé à 30€ par transaction. A partir du 11 mai 2020, la Fédération bancaire française a relevé le plafond du paiement par carte bancaire sans contact à 50€ par transaction.

Si la crise sanitaire du coronavirus a évidemment incité les banques à accélérer sur ce projet – notamment pour éviter les contacts physique et la transmission du virus – les banques avaient déjà l’intention de migrer vers un plafond plus élevé. Cela permettra ainsi de faciliter les transactions tout en garantissant toujours plus de sécurité aux clients. Ce projet n’est pas anodin puisqu’il a fallu reprogrammer tous les terminaux de paiement, ainsi qu’une bonne partie des cartes bancaires en circulation.

Marie Degrand-Guillaud, directrice générale déléguée de Nickel, a expliqué : « Si le montant maximum du [paiement par carte] sans contact est paramétré dans la puce, les banques doivent changer des éléments au niveau de leur système d’information et le client doit alors faire un retrait ou un paiement « puce » pour récupérer cette modification sur sa carte ». Ce n’est toutefois pas le cas de toutes les cartes bancaires.

Avec un plafond de 50€ pour le paiement par carte sans contact, la France se positionne dans la moyenne mondiale. Plusieurs pays ont ré-haussé les plafonds à la suite du confinement. En Suisse par exemple, le plafond est de 80 CHF (74 EUR). Au Canada, la limite est de 100$ CAD, soit 63 EUR. La France se situe quasiment au même niveau que le Royaume-Uni, dont le plafond est de 45 GBP (49 EUR).

Carte sans contact ou paiement mobile ?

Aujourd’hui, le paiement mobile ne représente qu’une partie marginale de toutes les opérations « sans contact ». Cela dit, cette méthode de paiement pourrait bien se développer dans les années à venir. La crise sanitaire a renforcé sa popularité, et les banques s’y sont finalement toutes mises. Par rapport au paiement par carte bancaire sans contact, elle a plusieurs avantages. Mais avant de les regarder, il convient de rappeler ce qu’est le paiement mobile.

Apple Pay, Google Pay ou encore Samsung Pay sont autant de solutions de paiement mobile. Elles permettent aux utilisateurs d’enregistrer leur carte bancaire physique directement sur un smartphone, pour que ce dernier serve alors d’alternative à la carte elle-même. Pour cela, il faut non seulement que le smartphone soit suffisamment récent pour être compatible NFC, mais il faut aussi que la banque du client supporte la technologie.

Si Apple Pay sera compatible avec 99% des cartes bancaires françaises d’ici la fin d’année, ce n’est pas le cas de Google Pay ou Samsung Pay, qui ont pris du retard. Les solutions alternatives comme Garmin Pay et Fitbit Pay (qui permettent d’enregistrer sa carte sur un bracelet fitness) sont encore plus loin derrière. Les opérations par carte bancaire sans contact sont donc encore loin devant, et leur croissance n’est pas prête de s’arrêter.

S’il faut maintenant donner les avantages du paiement mobile par rapport au paiement par carte bancaire sans contact, il y en a deux principaux : le premier est qu’il est plus sécurisé (car une vérification par reconnaissance faciale ou empreinte digitale est exigé). Le second est qu’il n’a pas de plafond – parce qu’il est justement considéré comme plus sécurisé. Au final, payer avec son mobile est donc plus facile, plus rapide et plus sécurisé. Dans les années à venir, cette solution devrait se démocratiser grandement, au détriment du paiement sans contact par carte bancaire.

Paiement mobile

© Apple

Si les banques relèvent progressivement le plafond de la carte bancaire sans contact, c’est probablement aussi parce qu’elles voient arriver ces solutions de paiement mobile, qui leur grignotent leur marge. En effet, lorsqu’un client de Boursorama Banque règle un achat avec Apple Pay, la banque reverse une commission à Apple.

Si elle ne le répercute pas sur le client final, Boursorama Banque a tout de même déboursé des frais pour l’opération. En augmentant la popularité du paiement par carte bancaire sans contact, elle limite donc les intermédiaires.

De l’autre côté, elle a tout intérêt à limiter le développement d’Apple Pay. Si les néo-banques ont été les premières à se mettre à Apple Pay, les banques en ligne ont été forcées de suivre. Paylib, qui était une solution imaginée par des banques françaises pour rivaliser avec Apple Pay, n’a jamais réussi à décoller.

Sécurité du paiement par carte sans contact

Plusieurs chercheurs en cyber-sécurité ont affirmé que la technologie NFC avait quelques failles, et qu’elle ne chiffrait pas toutes les données. Cela dit, les banques sont prêtes à prendre ce risque à leur charge, mais elles fixent en parallèle certaines contraintes. C’est notamment le cas au niveau du plafond du paiement sans contact.

La banque en ligne BforBank est explicite sur la procédure : « nous vous laissons la possibilité d’activer ou non le paiement sans contact sur votre carte Visa Classic, VISA Premier ou Visa Infinite. Pour des raisons de sécurité, BforBank impose la saisie du code confidentiel au-delà de 150 € de paiement en mode sans contact ou 5 paiements successifs ».

Chez Hello bank!, c’est la refonte de la gamme de cartes bancaires au début de l’année 2020 qui a impliqué un changement important. Depuis, les clients peuvent désactiver la fonction de paiement par carte bancaire sans contact sur les nouveaux modèles de cartes. Ce n’était pas le cas sur les précédentes cartes bancaires Visa Classic et Visa Premier Hello bank! que la banque en ligne avait émise.

Cela dit, « Hello bank! propose à tous ses clients un étui de protection anti-piratage disponible sur simple demande auprès d’un conseiller Hello Team ». Les clients historiques peuvent également demander à se faire envoyer une nouvelle carte pour éviter cela. En l’occurrence, les cartes Hello One et Hello Prime (équivalentes à des Visa Classic et Premier) permettent bloquer les paiements sans contact. Chacun peut donc faire comme il le souhaite.

FAQ sur le « sans contact »

Si vous avez encore quelques interrogations sur le paiement par carte bancaire sans contact, nous avons réalisé une petite FAQ ci-dessous. Ce sont les réponses aux questions principales autour du paiement par NFC (ou sans contact).

Si maintenant vous avez des questions plus techniques, nous vous invitons à vous rapprocher de votre banque pour connaître des détails plus précis sur cette solution de paiement. Pour les plus curieux, le GIE CB peut également répondre à vos sollicitations. Enfin, vous pouvez aussi nous envoyer un mail avec vos questions.

Puis-je désactiver le paiement sans contact ?

Ces dernières années, les cartes bancaires émises par les banques permettent de désactiver le paiement sans contact. Cela dit, si vous avez une carte plus ancienne, il faudra demander à votre établissement de vous en envoyer une nouvelle. Il est possible d'avoir un étui spécial qui permet d'éviter tout risque de se faire débiter par manque d'attention.

Peut-on pirater une carte bancaire sans contact ?

C'était l'une des craintes principales lorsque les banques ont commencé à émettre des cartes bancaires sans contact. En effet, des pirates peuvent potentiellement se rapprocher de vos poches avec un terminal de paiement pour essayer de générer un paiement sans contact, sans que l'utilisateur ne s'en rende compte. Cela dit, le montant est toujours limité, et les banques offrent des garanties contre cela. Dans tous les cas, comme toutes les cartes bancaires qui ont une puce, il y a toujours un risque de se faire pirater.

Quelle est la limite du paiement sans contact ?

Le paiement par carte bancaire sans contact, ou NFC, est limité à 50€ par transaction à partir du 11 mai 2020. Auparavant, le seuil était de 30€ seulement. C'est la Fédération bancaire française qui a décidé de ré-hausser ce plafond pour permettre de générer des transactions d'un montant supérieur, en toute simplicité et avec un maximum de sécurité.

Toutes les cartes sont-elles sans contact ?

Aujourd'hui, quasiment toutes les cartes émises autorisent le paiement sans contact. Libre à chacun de l'activer ou non selon ses envies. Un petit logo avec trois bandes sur l'avant de la carte indique si cette dernière est éligible aux transactions par NFC.

Le paiement mobile est-il une alternative à la carte ?

Aujourd'hui, le paiement par carte sans contact représente 10% de toutes les transactions réalisées par carte. En 2017, ce sont pas moins de 1,2 milliard de transactions qui ont été réalisées par carte et sans contact. A titre de comparaison, le paiement mobile comme Apple Pay ou Google Pay ne représentait que moins de 5 millions de transactions en 2017. Sa popularité explose, mais il reste en-deçà de la carte bancaire sans contact.